À corps perdu ou le Corps fantasmé de Gertrude

Cela fait exactement huit ans et demi que la Crâneuse ne sait plus où donner de la tête pour retrouver la mémoire d’un crâne vide.

Il est donc grand temps de donner corps à cette histoire sans queue ni tête.

Voici pourquoi elle décide de modeler de la matière molle1 à partir de vieux clichés et de mettre en boite quelques abattis2 afin d’assouvir les obscurs désirs charnels de l’os

Chaque fragment éphémère est à regarder selon le seul point de vue d’un vrai/faux souvenir

1 C’est la faute à Orozco.  2 C’est la faute à Rodin.

JC, Juin 2016, À corps perdu, plasticine, Diverses photographies numériques de modelages éphémères à partir d’anciennes photographies argentiques du corps de JC, dimensions diverses (entre 3 et 10 cm)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les images pour avoir le détail

7 pensées sur “À corps perdu ou le Corps fantasmé de Gertrude”

    1. Je vois que le corps de Gertrude vous trouble au point de vous faire déraper du clavier, très chair!
      Ces fragments sont des parcelles d’archives, souvenirs épars, qui prennent corps sous mes petits doigts. Le crâne y est-il pour quelque chose?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.