95 réflexions sur « Apparition de Gertrude sur le Pont. »

  1. Au Capitaine de tous les verbes conjugués par ses hasards heureux et amers,accostons à la fête de son bord,le pavillon haut et le coeur terrassé,car elle  nous charme,nous brise de sa bise,feu et glace tour à tour, et oui,elle enchante même une Magicienne,qui lui dit :  votre caractère est mal fichu ,comme une voilure qu’a subi des avaries, mais Tudieu,on vous aime autant que la mer est vaste et le couer vagabond, lui n’a de cesse de se prendre et de se pendre à votre mat ,à votre cou décharné…nous avons la flamme et vous l’Os grand ouvert pour la recevoir!
    Alors tant que je pourrais tenir le flot,tant que mon oeil vaillant sera de service ,oui,vous aurez sur le pont,l’Hécate à vos écoutilles…

  2. Dont acte.

    Et cela me semble proche de ce que perçurent les insulaires malins en présence des agencements pontifs de Thomas Cook lorsqu’il débarqua avec ses marins roublards en leurs icelles isles… Quelles promesses donc que la goëlente du Capitaine, si bien baptisée ‘La Samaritaine’, pour courir les prochains 999e murissants !

  3. Ce sont bientôt les soldes, mais cela ne veut pas dire que cette Samaritaine sera transformée en hotel de luxe ni de passe, encore moins en bonne Samaritaine des lieux de charité.

  4. un bec sucré!… propos bien joli,mais vous ,chère,vos narines risquent d’^tre quelque peu ,comment dire…chatouillées ,et votre esprit bien ébahi, hormis si la science du Corbeau Devin vous avertit.N’avez-vous sur votre Crâne planté non ,un drapeau noir ,mais des plumets de Haute Magie…

  5. Cela se confirme, vous voulez me disséquer, me désosser et remplacer mes intérieurs par du duvet d’eider, ce qui pourrait devenir confortable pour l’hiver; ça avec une bonne botte de paille….

  6. « Ah ! Donne-nous des crânes de braises
    Des crânes brûlés aux foudres du ciel
    Des crânes lucides, des crânes réels
    Et traversés de ta présence

    Fais-nous naître aux cieux du dedans
    Criblés de gouffres en averses
    Et qu’un vertige nous traverse
    Avec un ongle incandescent

    Rassasie-nous, nous avons faim
    De commotions inter-sidérales
    Ah ! Verse-nous des laves astrales
    A la place de notre sang

    Détache-nous, divise-nous
    Avec tes mains de braises coupantes
    Ouvre-nous ces voûtes brûlantes
    Où l’on meurt plus loin que la mort

    Fais vaciller notre cerveau
    Au sein de sa propre science
    Et ravis-nous l’intelligence
    Aux griffes d’un typhon nouveau »

    J’aime à croire que Antonin adressait sa « Prière » au crâne joliment fêlé de Gertrude.
    Quelqu’un pourrait-il en douter ?

    Pour ne parler que de moi, j’ai embarqué sur ce délirant rafiot il y a peu ; et portant il m’a fallu peu également pour savoir que je ne poserais le pied sur la terre ferme que si un poulpe géant déguisé en fleur opiacée tombait amoureux de moi et me séquestrait sur une ile déserte, dépouvue de salle de bains et de tapis persan.
    Et là, il en faudrait du temps, et il n’est pas venu ce temps où mes divagations cesseraient.

    (j’ai cru comprendre que personne ici n’avait le monopole du caractère gras ?)

  7. Que voila cher Crâne de beaux croassements à vous adressés,ce n’est point là ,aspic,mais bien des vers s’enlaçant à votre os en jolis desseins,l’horloge du coeur va vous battre double…point de répit même en mort ayant succé la chair jusqu’ à l’usure…Vos orbites ont-elles double vue?…Un miroir vous dit-il ce que reflète cette obsidienne????……………………..Je vous devine curieuse de l’image allant à ce ramage de …mage!!!…vous louant d’hommage versé en savant mot,et quels fins mots choisis à desseins  ,pour vos dessins de  destin,et le sieur De Dalibray vous dirait de sa tombe : »L’espérance t’est close De reposer en ta mort ».

  8. Le Capitaine déclare solennellement qu’elle n’a plus le monopole absolu du pont de ce rafiot vu que ses interlocuteurs s’en occupent grassement pendant son absence; elle peut donc se rendre à ses rencarts sur canapé en toute bonne conscience.

    (Moi aussi je peux écrire en gras)

  9. Elle pourrait renaître cette âme, cependant elle ne renaît pas; car bien qu’allégée elle sent qu’elle rêve encore, qu’elle ne s’est pas encore faite à cet état de rêve auquel elle ne parvient pas à s’identifier…

    Antonin for ever,
    Artaud, je rêve encore,
    Plaiethore, restez à bord…
        Merci.

    Tout cela en caractères…

  10. Même pas le temps d’aller manger un carré de chocolat sur mon canapé en regardant mon émission préférée: une histoire d’agriculteurs qui cherchent leurs promises: un vrai vice….

  11. Quelqu’un(e) voudra bien ôter pour moi les lardons de cette quiche que je ne saurai voir ?

    Je reste ! Foi de flibustier !
    Je suis attaché tout en haut du mât du rafiot ; c’est que ça tangue encore plus là-haut.

    Toujours aucune terre à l’horizon !

  12. Capitaine vous allez voir ce que vous allez voir!!!!….Vous ne manquez pas d’équipage,et hier convenez que pour mon oeil de vitr il était plus que temps que je me retire…J’ai aussi mes bouillons à préparer et ma boule de cristal à fourbir…et tous ces charmands élixirs.
    Tiens si vous me serviez une gighina !…come elas?…sem elas?…avec évidemment!J’ai la guibne je crois!!!!………NON?????????????

  13. Ce que j’ai vu, c’est que vous avez débauché sur le blog rose mon équipage pourtant consigné en haut du mat, espèce de flibustière à oeil de verre; en tout cas vous n’avez pas encore de crochet, ce serait mal commode pour le clavier; 

    Je vous ai montré un peut mes dents rouges de faucheuse…

  14. je ne débauche personne!…sauf vous qui sait quand vous me faites poireauter dans le boudoir Rose en me signant un billet signé Donatien,hein,frimeuse!!!!Pour me reprocher ensuite des moeurs équivoques!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    J’ai l’honneur des bourlingueurs des mers de la Vie ma belle et si vous m’accusez,attendez voir je vous envoie ce Cosaque de la Volga!!!!Il tient bien le sabre,et moi la baillonnette,une vraie dont la lame est marquée!!!!!!!!!!!!!!!

  15. quand à ce flibustier de grand mât, n’allez pas l’éborgner en l’exposant à trop rude danger,je vous connais tout belle!!!!
    Cet éqipage là me parait de grande envergure!
    Vous êtes parée pour la Grande Aventure?

  16. Alors je récapitule:

    Une Sorcière flibustière
    Un Krapo marécageux
    Un Maestro intermittent
    Trois Dada:
    – Un Dada Plaiethorique
    – Un Dada Néologue
    – Un Dada tombé du bateau
    Un amateur de mots et de rillettes
    Un Mimile Misérable
    Trois Korbos
    Et le Crâne qui barre (et non qui se barre)

    Quel équipage! Nous irons loin sur ce rafiot!

  17. Et la grenouille et le boeuf et c..;
    On va pas tous les passer en revue; ici ce n’est pas l’arche de Noé.

    En attendant, dites à votre pseudo d’arrêter de bailler tous ces « A » aux cornelles, j’ai l’impression que c’est une grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf.

  18. Pour une déprimée qui se tire…

    Moi par contre, il se trouve que j’ai une grosse fatigue et je vais aller m’assoupir sur mon canapé en compagnie de mon « rencart ».

    Bonne nuit, chère sorcière.

  19. Nous sommes dans la pauvreté, de cette pauvreté qui fait chaud au coeur,
    De cette petitesse qui fait que nous aimons à monter sur un tabouret
    Pour être au sommet du Monde
    Et que de ce haut nous contemplons le parquet pourri sur lequel
    Les grands, les riches, les puissants, les imbéciles et les prétentieux vont,
    Et ainsi ils vitrifient de leurs fonds de culottes couteux,
    Ce bout de bois qui ne méritent que des  » Hi ! Hi ! Hi ! Ha ! Ha ! Ha ! Ho ! Ho! Ho! « 
    Et lorsqu’on nous dit que nous ne sommes des idiots savants nous avons cette réponse
     » Dada est la vie sans pantoufles ni parallèles; qui est contre et pour l’unité et décidément contre le futur; nous savons sagement que nos cerveaux douillets, que notre antidogmatisme est aussi exclusiviste que le fonctionnaire et que nous ne sommes pas libres et crions liberté; nécessité sévère sans discipline ni morale et crachons sur l’Humanité. »
    Nous ne cherchons pas à changer le Monde,
    Nous cherchons à changer de slips tous les jours
    Car l’Hygiène est notre unique gloire

  20. J’aime assez cette assiette de cerises bien que depuis samedi, je me limite à nettoyer les plans de patates car à ne vouloir faire vivre les chimistes, c’est la Nature qui s’étale à nouveau entre mes plants jusqu’à ne plus savoir où se trouvent les filles de Parmentier. Y-a-t-il un lien quelconque entre colique et mélancolique ? Je crains que oui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.