N’Os d’argent (Vanité domestique)

Trente-huit années de vie commune dont vingt-cinq officialisées cela vaut bien quelques signes extérieurs de richesse et une cuillère à sucrer les fraises

Brisez la vitre en cas d’urgence!

La cuillère à sucrer les fraises,

Cuillère en argent massif achetée à Brive-la-Gaillarde le 20 avril 2016 par JC et DV, cadre-boite, ruban, 25 x 25 x 4,5 cm

Retour sur le Jeu de la Vérité n°1 : Gertrude et le Professeur

 

Chers interlocuteurs

Pour inaugurer les nouvelles modalités de l’aventure gertrudienne, Gertrude Rose choisit aujourd’hui de vous faire partager à nouveau* un grand moment artistique et didactique avec le premier épisode du Jeu de la Vérité sur Gertrude, performance participative diffusée pour la première fois en octobre 2008.

Qui pourrait mieux nous révéler la Vérité qu’un professeur ?

JC, Le Jeu de la Vérité n°1,  avec l’aimable participation de mon amie CH, première diffusion: 12 octobre 2008

Pour cette occasion la Crâneuse a transcrit avec amour les dialogues en sous-titres pour que son amie Anne Hecdoth n’en perde pas un mot.

Mais, chère Anne, vu la densité et la teneur hautement intellectuelle de cette conversation, je vous conseille de mettre parfois la vidéo en pause pour en saisir la totalité.

IMGGertrude par le Professeur (Forcément elle est Rose)

Comme le Professeur et d’autres après, si vous souhaitez participer à la performance du Jeu de la Vérité, envoyez votre CV sur gertrude@juliettecharpentier.fr

 

 

La prochaine sera Magique !

Nous laisserons la place à Gertrude Noire pour les Sciences occultes

* La plupart des vidéos publiées sur le blog de la Crâneuse ne sont plus valides.

Certaines seront ainsi réactivées.

 

 

Nettoyage de printemps

 

Cela fait huit ans et trois mois

que l’état géré des étagères de la Crâneuse laisse à désirer.

Que lui prend-il soudain

en ce début de printemps

de procéder au nettoyage complet

de ses placards?

Si ce n’est de retrouver

entre les huiles et le vinaigre

quelques Gertrude sucrées

en train de danser tagada tsoin tsoin

 

Nettoyage de printemps

Nettoyage de printemps

 

Et si elle en faisait un petit évènement fessebouquien?

Car avec les beaux jours qui s’annoncent

l’exposition démange.

Rendez-vous dans quelques jours

chers amis likeurs

pour une dégustation

sans aucune modération ni date de péremption

 

Nettoyage de printemps

 

 

Alors que Gertrude Rose

s’apprête à consommer

Gertrude est au bout de sa digestion

Quant à Gertrude Noire elle reste un pur esprit

 

 

Pochade d’os poché au pochoir sur croute*

 

Cela fait huit ans et deux mois

que Gertrude s’encroute sur Internet

et que les pochades s’accumulent sur l’os

dans une identification impossible

 

Pochade pochée au pochoir en croute.

 

Pochade pochée au pochoir en croute.

 

JC, , février 2016, L’Os poché en croute,

acrylique sur toile, monogrammes au pochoir sur représentations de Gertrude en croute

20 x 20 cm

*Après cuisson démoulez mais ne vous attendez pas

à quelque chose de reconnaissable

 

Huit ans : Le chiffre dans l’appeau

 

 

Cela fait huit ans

que la Crâneuse et Gertrude

tatouent le derme artificiel du virtuel

en circuit fermé

 

J a G dans la peau

et 

G a J dans l’appeau

 

Huit ans : Le chiffre dans l’appeau

JC, novembre-décembre 2015, J/G dans l’appeau,

broderie en fil de satin sur suédine (faux cuir),

23 x 14,5 cm.

 

 

Rose au petit point

 

 

Cela fait sept ans et huit mois

que Gertrude se prend pour une Rose

 

 

Rose au petit point

 

Le plus bouleversant fut sûrement la vue de ces petites choses dérisoires et intimes, brosse à dents debout dans un verre, gant de toilette toujours accroché au lavabo, médicaments… Et son lit.

Un lit fait, bien tiré ; draps à fleurs et chemise de nuit pliée pour un prochain retour qui n’a jamais eu lieu. J’écartai les draps de coton pour y glisser ma main, comme pour prendre contact avec l’absence encore irréelle.

À la tête du lit, un seul objet accroché au mur : une rose encadrée d’ovale que je crus imprimée sur la toile ; mais à la regarder de plus près, puis chez moi à la loupe, je vis que le motif était réalisé au petit point, au minuscule petit point d’un fil.

Les tâches sur la toile, visiblement ancienne, n’enlèvent rien à la délicatesse du travail ; le statut d’objet élu, seul à la tête du lit, indique l’importance que Madeleine donnait à ce petit canevas,  que j’imagine être l’œuvre d’une jeune fille, Jeanne, sa mère, ma grand-mère (j’hérite de sa belle petite encyclopédie d’ouvrages de dames) ou de Mélanie la couturière, mon arrière grand-mère.

 

 

 Juliette Charpentier, Le Cahier de Jeanne, 2015 (extrait)

 

Rose au petit point