Gertrudomètre: Dix-septième version

 

Histoire

d’un ready-made insolite

au sourire secret

 

photos-gertrude2-1703.JPG

JC, 2011, Gertrudomètre n°17 ou Ready-made insolite,
bouteille en verre bouchon en liège, dé en os, achetés le 30/04/2011 sur le vide grenier de la rue Caulaincourt, Paris 18ème,
épingle d’entomologie, encre sur papier,
H:14 cm, diamètre: 6 cm

 

Fin de journée ; fin d’avril…

 

La tiédeur de ce samedi ne sait pas encore s’il faut céder la place à la fraîcheur du soir. Encore deux ou trois étals de ce premier vide grenier de printemps et je fais demi-tour.

Je n’ai rien trouvé : pas un seul de ces petits objets n’a su me sortir de ma torpeur ; pas même ce petit cadre à verre bombé et sa vierge en plâtre dont le prix, trop élevé, a clos définitivement le destin dans la poussière des vieilleries.

Je m’arrête devant une dernière table surchargée ; sûrement pas pour le fatras qui s’y entasse… Est-ce pour le sourire du vendeur que mon indifférence feint de ne pas avoir remarqué ? J’ai cependant bien vu l’œil qui m’attend.

Je reste là, indécise. Ma main se pose négligemment sur un objet ; je m’en saisis, le secoue. Il est juste cocasse : une bouteille de verre, sûrement un flacon de chimie, fermé par un gros bouchon en liège ; à l’intérieur, un dé usé en os. Je secoue encore : le dé fait un joli bruit dans le verre.

 

Le vendeur prend la parole :

       C’est drôle, dit-il, tout le monde s’intéresse à cet objet. Et à chaque fois, les gens secouent cette bouteille.

Je pose bêtement la question dont j’ai déjà la réponse :

       Pourquoi un dé enfermé dans une bouteille ?

       Pour la question, répond le sourire qui s’élargit, cette bouteille est là pour arrêter les passants.

L’homme commence à me plaire.

       Je vous l’achète, lui dis-je sans prendre aucun temps de réflexion

       Je ne vends que l’ensemble.

       Je le sais déjà. C’est combien ?

       Trois euros : un euro pour la bouteille, un euro pour le dé, un euro pour l’insolite…

Et ce qui est le plus important, c’est l’insolite, rajoute-t-il.

Ça aussi, je le sais.

Et lui, de rajouter encore :

       Vous savez, vous faites une bonne affaire, d’habitude c’est le dé qui fixe le prix, et il a la fâcheuse tendance de tomber sur le chiffre six.

       Nous faisons tous les deux une bonne affaire, lui dis-je en lui tendant ses trois euros.

 

Ce que j’omets de dire, c’est que dans ce flacon, j’emporte quelque chose d’inestimable que Gertrude aura tôt-fait d’épingler.

 

Le sourire, lui, brille par sa gratuité.

Celui que je lui rends n’est pas volé non plus.

 

La Rose et la Noire

sont toujours de la partie

 

14 réflexions sur « Gertrudomètre: Dix-septième version »

  1. Ah ma pauvre Ânne sans bonnet, si vous saviez!

    Car s’il n’y avait que les questions que je pose bêtement!

    Je fais tout bêtement.

    Mais c’est une situation qui peut s’avérer tout à fait intéressante, ceci dit fort bêtement.

  2. Vous avez eu affaire à un très bon vendeur. Comme s’il y avait eu une « dissonance » lorsqu’il vous a dit que « cette bouteille était là pour arrêter les passants », à tel point que cet argument de vente vous a remis en cause un court instant et que cette information suffisamment « crédible » à vos yeux,  vous a convaincu que cet objet insolite avait un réel pouvoir d’attraction. Le pouvoir d’attirer, associé au désir de séduction, vous ont fait acheter l’objet. Cet objet qui n’a pas une grande valeur intrinsèque en soi, mais qui parle incontestablement à votre imaginaire inconscient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.