Gertrudomètre: Quinzième version

 

Pour Gertrude, la question est

de savoir en quoi la haute

technologie améliore son image

en augmentant son degré

d’invisibilité.

 

gertrude-1314.JPG

 JC, Gertrudomètre n°15,
crayon sur calque millimétré, polycarbonate, fil de laiton sur grille acier inoxydable,
3 x 19 x 22 cm.

 

 

– Suivez verticalement les trames dans le droit fil

– Fixez l’horizon sans tomber dans la troisième dimension

– Gardez le contact avec le matériau sans basculer dans un temps parallèle

 

Et Gertrude restera à la limite de votre perception

 

La Rose

cherche à vous emballer

et

la Noire

à vous accrocher

 

28 pensées sur “Gertrudomètre: Quinzième version”

  1. Après G de verre brisé ,voici G de fer …

    Sur le gril ,grillagée ….des fils de fer …

               Aimantés ?

    Et si Mesmer passait par là ?….

    Que voilà encore une expérience ….

    Ah! le visible ,ce qu’on voit ,ce qu’on croît voir …La dimension de l’inconnu est troublante …

    Gertrude se barde de protections …:)

  2. C’est étonnant qu’avec vos pérégrinations sur le net vous ne soyez pas encore tombée dessus. J’étais tombée sur sa performance des mouches mais c’est elle, cette semaine, qui est tombée sur mon blog et qui m’a invitée à aller voir les siens. Ca fait beaucoup de tombes !

  3. Le truc c’est que je ne pérégrine pas vraiment sur le net! c’est tellement vain 🙂 Je compte sur les autres pour me faire pérégriner…. et ça marche!

    Merci de ce lien… Quelles accointances….. J’en TOMBE!

  4. Impossible de s’agripper les reliefs à la verticalité de gauche et inutile de tenter de ne pas s’écorcher le lisse sur celle de droite… L’invisibilité est bien étrange dans sa dimension duelle… Ziiiiiiiip ! Crouccccccccccccc !

  5. la particularité de l’invisibilité suggère d’imaginer de la part du spectateur et amateur d’art un concept qui conçoit le rapport entre l’oeuvre visible et l’oeuvre invisible comme le rapport entre un idéal parfait et sa réalisation plus ou moins parfaite ; l’idéal est invisible, la réalisation visible. Cette notion d’invisibilité est à mettre en parallèle avec ce que Dieu voit et ce que les hommes ne voient pas. Dieu voit des choses, les hommes imaginent ce que Dieu voit…

  6.  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   .

  7. Et Dieu imagine ce que les hommes voient, et comme Dieu n’existe pas, il n’imagine rien, mais comme les hommes, même ceux qui pensent que Dieu n’existe pas, imaginent ce que Dieu imagine à propos de ce qu’ils peuvent croire et voir…

  8. Oh!………….

    Le chien me rappelle ma chienne ! Incroyable !!!!!!!!!!!

                                                    Il est charmeur ,celui -là ….:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.