Treize de janvier pour une Treizième Galaxie

Une Galaxie en valise

ou

Le Nécessaire de voyage

d’Hedgarallaan

le crâne cyberspatial

venu de la brillante planète

Plaiethore

dans la

Constellation du Grand Persil.

 

img_0056.jpg

 

img_0058.jpg

JC, La Relique du Grand Persil ou La Légende d’Hedgarallaan, 2009-10, collection particulière.
Huile, acrylique, feuilles d’or, argile, verre papiers collés, sucre, cellophane, perles, rubans, papier collant attrape-mouche, éprouvette, bouchon de liège, strass, ancienne boîte de peinture achetée sur Internet en novembre 2009,
6 x 11 x 25 cm fermée, 4 x 24 x 25 cm ouverte.

 

img_0283.jpg

 

Contenu de la mallette :

 

Compartiment supérieur :

 

– Les portraits peints à l’huile d’Hedgarallaan et de sa Défundulcinée derrière leurs hublots.

– Un authentique brin du Saint Persil de Gertrude, élevé sous les cieux du système 75 et amoureusement séché entre les pages du catalogue Féminin/Masculin du Centre Georges Pompidou. La relique est conservée sous verre serti de clous de crucifié.

 

Compartiment inférieur gauche, dit Des représentations :

 

– Une véritable contrefaçon de ready-made entièrement faite main.

– Un autoportrait  Dada dadaïsé et Robert-réflexif .

– L’empreinte inframince d’un cerveau inconnu sur un objet trouvé par un Capitaine.

– Le portrait approximatif de la Tortue Robert tissé en perles.

 

Compartiment inférieur droit, dit Compartiment oxymore :

 

C’est le compartiment des splendeurs sanglantes, des arabesques violentes, des vérités voilées, des douceurs mortelles.

 

À cet endroit gît :

– Une Tagada Gertrude en sucre sous cellophane.

Composition : sucre glace légèrement teinté de colorant alimentaire. La recette  de la pâte à sucre avait été trouvée sur Internet sur le site de Martine qui a quatre enfants et un mari merveilleux. Les bonbons Gertrude ont été confectionnés pour êtres dégustés à l’occasion d’une communion d’idées.

Compartiment inférieur central, de L’attrape-mouche ou Siphon des fragiles toxicités :

 

– L’éprouvette  millésimée aux brillantes cassures à déboucher en cas de rencontres du troisième type.

– Le papier collant attrape-mouche de la marque Plaie-toxic à grand pouvoir attractif .

– La collection de diptères pris au piège des glues merveilleuses.

– Le décor mural Bzzzzzz.

 

La Malette

est l’ancienne boîte de couleurs d’un artiste inconnu, trouvée sur Internet par le Capitaine d’un cyber-rafiot. Elle garde les stigmates de la souffrance de La Peinture. Y est inscrit en palimpseste le Monogramme d’Hedgarallaan et de sa Défundulcinée, au centre de la configuration virtuelle des treize étoiles brillantes de la Constellation du Grand Persil.

 

Vous pouvez voir tous les détails de ce contenu

en cliquant

ICI

gertrude 0001 

70 réflexions sur « Treize de janvier pour une Treizième Galaxie »

  1. Je vois Capitaine comme vous avez le talent de bien agraffer vos faveurs  !!!

    Je crois connaître une vieille chanson où il est question d’une naissance sous un brin de persil…
    Hedgarallaan ,je ne vous voyais pas tout fait persillé comme un escargot ,mais il y a de cela ,un peu…Non ,vous ne rampez point …Mais votre sillage planétaire est d’une luisance peu commune!!!…
           Mais je m’efface …ici.
    Superbe cadeau d’Os à Os…
                                                 H

  2. Ma Défundulcinée, je m’attendais bien de vous à un décollage hors norme et vous rendez-vous compte que venez de m’offrir une véritable fragmation cosmique en désorbitation ?

    Je craignais le pire, me voici en état de béatitude avancée !
    Plaie m’avait bien prévenu de ce dont vous étiez capable, me décrivant ces étranges bêtes terrestres que sont les zémus.
    Un grand de cette espèce est venu à croiser mon chemin dans la nuit, alors que croyez-vous que j’ai fait ?
    Je lui suis tombé dessus à dents raccourcies bien sûr !
    Et je lui ai arraché la peau de la tête aux pattes pour m’en faire la peau que je n’ai plus !

    Peu de personnes m’ont offert un si beau cadeau… Peu de personnes ont su réunir en si peu d’espace tout un monde qui est le mien, celui sublimé par la virtualité, celui magnifié par tous les partages qui dépassent la simple amitié de toile. Un partage né d’une extra-communication entre deux personnages imaginés, inventés, créés et qui pourtant comme vous l’avez si bien écrit, si proches de ce que nous sommes en réalité.

    Dans cette mallette est un condensé de ce qui fait que je suis moi et que vous êtes vous. Une mise en boîte merveilleuse, qui laisse deviner de longues heures de travail attentif, attentionné, amusé…

    Vous n’avez Bel Os de mon Crâne aliéné rien laissé au hasard, aucune miette de médiocrité à laisser picorer par de tordues et sadiques tortues bien aimées.

    Cette fontaine à laquelle je rêve encore d’y boire l’eau fraîche, ces portraits qui laissent voir vos doigts les peindre avec délicatesse, ce tagada Gertrude que je laisserai bien fondre sur ma langue si j’en avais une, ma petite flèche vrillue et couillue, le bouchon portant millésime et caractéristique de mon amour du fin et pourpre breuvage, Robert perlé mon lent compagnon des beaux jours, les clous de crucifié semblables à mon ennemi juré en antique slip kangourou, votre brin de persil panaméen aux pouvoirs érotiques de l’extrême, le papier piège à cons, mon décor mural, mes trophées diptériens…

    Mais surtout, surtout, ce compartiment TRES SPECIAL, celui qui contient nos plaies béantes, nos silences hurlants, nos mensonges véridiques, toutes ces absences maculées que nous seuls avons su voir, accompagnée d’une Magicienne aux doigts bagués d’un antan qui est notre.

    J’en perds le crâne de toute cette émotion. Je mettrai le temps qu’il faudra pour le retrouver et tenter de le remettre à peu prêt d’aplomb, c’est à dire toujours de traviole et surtout toujours décalé face à toutes les tronches que je croiserai en pensant à cette mallette qui me renferme, qui nous renferme, nous libérant, toujours de la platitude et du commun, qui nous rappellera à chacune de ses ouvertures combien nous sommes beaux et surtout riches…

    Merci est un bien faible mot à vous offrir en retour.
    J’ai eu beau chercher sur Terre un autre terme dont la puissance égalerait ce dont j’ai envie de vous exprimer… Je ne l’ai pas trouvé. Mais je sais pourtant qu’il existe, puisque vous l’entendez…

    Finalement le pire est peut-être bien là… Suspendu au coeur que je n’ai plus, mais qui persiste à briller de mille pulsations à la seconde.

  3. Tout le plaisir fut pour moi, et il y a sûrement quelques traces de dopamine çà et là dans la colle tricomposant du Capitaine.

    Cette modeste boîte de couleurs vous appartient. Je vous l’envoie si vous me faites asssez confiance pour m’envoyer (en sous-marin bien sûr votre adresse.

  4. J’irai Bel Os, un espace étoilé plus tard.

    Je vois bien le petit tapis persan sur lequel dort Tagada Gertrude 🙂

    Les perles de verre qur le couvercle de la mallette, sont-elles des larmes pétrifiées ?

  5. Vous remarquerez qu’à la croisée du H j’ai placée la plus brillante et la plus grosse, mon Transi.  🙂

    Et sur ce, je vous souhaite une merveilleuse nuit étoilée dans le sysyème treize, car à présent je suis harassée.

  6. Hedgarallaan n’est toujours pas rentré…

    Dites Bel Os, ne serait-ce pas vous qui le cachez sur vos étagères à plumes et à persil, et qui voudrez me faire croire en sa disparition ?

    Non, parce que là, vraiment je me demande… Et je paranose.

  7. Permettez-moi, ma Plaie, de garder ce tendre chenapan à mes côtés quelques jours encore.. Du moins le temps du week-end; car je ne veux pas vous le renvoyer chez vous tout de suite car il profiterait du samedi et du dimanche pour s’attarder dans n’importe quel bouge  de n’importe quel port galactique pour aller draguer je ne sais qui; il pourrrait vous arriver complètement noir et cassé. Je préfère vous l’expédier en début de semaine frais comme un gardon..
    Allons, ne soyez pas si impatient.. Il est en de bonnes mains, soyez rassuré.

  8. Meuh non Ma Capitaine Chair, je ne parlais pas de la mallette, je sais fort bien qu’elle est entre de belles mains et je ne vais pas faire non plus mon capricieux à vouloir tout et tout de suite, d’autant plus que le tout est merveilleux.
    Gardez ce trésor le temps que vous le désirez, rien ne presse… Juste mon impatience… 🙂 Mais je vais la rosser, ne vous inquiétez pas… Je ne vous dirais jamais assez merci pour ce magnifique cadeau et j’aurai bien le temps d’en profiter pour l’éternité à venir.

  9. Oui, donc en fait je parlais bien d’Hedgarallaan en crâne et en os, qui comme vous l’avez senti a tendance à rouler ses bosses dans des endroits bien peu fréquentables pour les sages humains… D’ailleurs, depuis quelques intants j’entends de faibles bruits de crâne qui boule dans un placard. Je vais y aller voir de plus près et tenter de dénicher ce bourlingueur.
    Je vous tiens au courant.

  10. Bah voilà ! C’était bien lui, votre Promis, caché dans un placard, la gueule d’os, les orbites rougies, le sourire gauguenard, tout enfariné de poussières d’étoiles et maculé par ci par là de quelques traces de notre bon vieux bitume des trottoirs glauques.
    Je l’ai cuisiné vous pensez bien concernant sa fidélité.
    Il ne cesse de répéter « Mon seul amour est Gertrude, aucune Fistule ne pourra la remplacer ».
    Moi je veux bien le croire, mais en attendant je vais devoir le récurer et le plonger dans l’eau bouillante pour qu’il brille d’une matité exceptionnelle… Car il veut déjà repartir près de vous… Puis cela lui fera les os tiens ! A filer dans l’espace ainsi sans prévenir, ignorant mes sangs et mes humeurs.

  11. Mais si je vous assure, il est là dans la mallette. J’ouvre tous les jours le couvercle pour humer son odeur musquée.
    Mais voilà, c’est en fait moi la plus impatiente de savoir ce bricolage dans votre réalité en compagnie de somptueux marbres chargés de légende… et d’imaginer vos mains sur ce bois qui a vécu.
    C’est cela qui me passionne, cette passation d’histoire…

  12. Alors, il a le don d’ubiquité… Car il est là aussi, à Paname… Je sais, il se planque le jour derrière quelques plumes magiques au parfum de dentelle, et la nuit il sort pour butiner Gertrude… Je la vois bien celle- là depuis quelque temps elle a l’os rose et luisant et l’orbite coupable…

    Je reviens…

  13. Vous savez, j’ai pensé à votre citée car j’ai eu affaire à une infirmière qui m’a épilé à la pince une bonne quinzaine de fils en s’esclamant à chaque fois avec un grand « Peuchère! »

  14. ………………(il a passé presque la frontière du vol final ce matin.Je préfèrerai  de loin   le faire à sa place.)

    Donc votre oreille est « miraculée » ? C’est une bonne nouvelle ,donc 🙂
                                                                                                                                   H

  15. Presque? Et là comment va-t-il?
    Non, vous vous êtes là, bien heureusement que deviendraient vos corbeaux ? et nous alors?  🙁

    Mon oreille, elle a décidé de rester, mais ce n’est pas pour cela qu’elle me procure de l’affection…

  16. Cette Plaie me raconterait donc n’importe quoi !
    Je croyais que l’oreille était une espèce de prothèse en caoutchouc que les humains aiment à se greffer à l’os du crâne pour faire « joli ».

  17. Ah ! Je vous vois rougissante !

    Zo fait, le trucmuche ne se décide pas à venir.
    S’il n’arrive pas au plus tard demain matin, je déclenche une guerre interglactique.

    Bien à vous Bel Os,
    Je m’en va sur des terres impromises à présent.

  18. C’est que ma boite au lettres ne va pas résister aux assaults violents que je lui fait subir chaque jour! J’y ai même suspendu un certain nombre de gri-gris, comme des pattes de lapin, des trèfles à quatre feuilles, des fers à cheval.. J’ai même peint en rouge dégoulinant un beau chiffre 13 sur la façade pour pas que l’aéropostale se trompe…

  19. Il est arrivé ! Le trucmuche est enfin arrivé !
    Le voici donc empaqueté et prêt à s’envoler de nouveau, cette fois pour atterrir près de votre Os. Décollage demain en recommandation recommandée 🙂

    Bien votre crâne qui a bien failli mettre le feu aux poudres spatiales.

  20. Je ne vis plus! j’ai le palpitant qui est prêt à partir en voyage et l’orbite en vasarely spiraloïde!!!!!!

    Je suis cuite de curiosité! Et je suis sure que vous ne me donnerez aucun indice!

    C’est quoi cette histoire de poudre spatiale????????

    RRRRRhhhhhâ^ââ^ââââ!!!! je meurs!

  21. Suis-je complètement décérébrée (pour un crâne vide, c’est un peu normal) à cette heure-ci du lundi, ou vos paroles tiennent-elles de l’énigme? La terre où la poste gît depuis toujours  ???????
    C’est quoi?

  22. Mais qu’a donc pu faire ce saloupiaud de Donatien à votre Crâne ?…

    Ce n’est une énigme pour personne sur terre que l’inanité de la Poste dans beaucoup de circonstances.

    Sinon, oui, effectivement je suis un os activiste, membre du Front de Libération des Beaux Crânes.

  23. Hélas… Je viens de voir le facteur qui avait un colis mais pour mon chéri et pas pour moi…  (mon sang n’a fait qu’un tour!) Il est possible qu’il soit en instance à la poste chez moi; c’est déjà arrivé; j’irai faire un tour pour demander…
    À bientôt très chair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.