La série des Embrouilles, première version.

Ou l’impossible exercice de superposition des traits.

Cela fait neuf ans et deux mois que Juliette et Gertrude s’embrouillent tout en mesurant l’écart de leurs profils.

Peuvent-elles pour autant en démêler les contours sans perdre la face ?

Série des Embrouilles, première version, crayon au graphite ou décalquage au stencil sur pages de carnet, 21 cm x 29,7 cm.

(Cliquez sur les images pour les voir plus grandes)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

 

 

 

Le Bas de l’Aine.

 

Gertrude Rose a toujours rêvé avoir un bas de l’aine pour conserver ses économies de moyens.

D’où l’intérêt de fricoter à l’aiguille une spirale de laine à deux sous autour de l’os.

Sans commune mesure avec la Pénélope que l’Os disait, Gertrude, elle, est définitivement détachée de tout parlement terrestre, son emploi étant déclaré douteux et sans aucune utilité publique.

 

JC, Le Bas de l’Aine (work in progress), laine, aiguilles sans tête, crayon sur papier calque, dimensions variables, actuellement environ 20 x 20 x 4 cm.

Cela fait exactement neuf ans et un mois que Gertrude vous parle de ses dessous sans toucher un seul sou.

 

CompOSition Poïétique en Boîte n°2: La Boîte à zyeuter

 

 

img_7245.jpg

JC, La Boîte à zyeuter,

acrylique, photographie numérique, yeux mobiles en plastique, boite en carton de récupération,

23 x 7 x 2 cm

 

La deuxième CompOSition poïétique en boîte* (* Pour en savoir plus ou encore moins, rendez-vous sur le blog de Gertrude) s’intitule La Boîte à zyeuter.

Il s’agit d’une boîte plate en carton de format allongé ayant contenu à l’origine de succulents chocolats, aux couleurs vives, réalisés par un pâtissier créateur japonais.

Pour cette CompOSition, la boîte a été entièrement recouverte de peinture acrylique avec des teintes roses allant du « rose bonbon » à la « couleur chair ». Un œil ouvert, dont le modèle a été pris directement sur l’œil droit du Capitaine, est représenté à la peinture acrylique sur l’extrémité gauche du couvercle. Ce dernier a été ensuite recouvert d’un vernis brillant. Au fond de la boîte et en position centrale est collée une impression papier d’une image légèrement modifiée à partir d’une photographie numérique du crâne de Gertrude. Les contours ont été découpés et les orbites évidées. De chaque côté, éparpillés de telle façon à occuper entièrement la surface du fond, sont collés des « yeux mobiles » de couleur rose « fushia »  aux pupilles noires achetés au rayon papeterie de l’hypermarché que fréquente Le Capitaine tous les samedis.

 

 

 

Cela fait six ans et deux mois

que je vous zyeute au fond de ma boîte


 

img_7247.jpg

 

img_7248.jpg

 

img_7251.jpg

 

 

Tout cela vous sera expliqué

en toute transparence chez Gertrude

même si cela reste un peu obscur chez la Noire