Bricolage: état des lieux.


Déssiccation du Mastic

Des sections de Bitume
Dissolution du Pigment
Dissection des Petits Cochons
Décoction de Signes
Déclinaison de Chiffres

Dissension
 
Décisions


Dispersion

des questions


Déconnexion de Gertrude

 La poésie du Bricolage lui vient aussi, et surtout, de ce qu’il ne se borne pas à accomplir ou exécuter ; il « parle », non seulement avec les choses, mais aussi au moyen des choses. ( …) l’artiste tient à la fois du savant et du bricoleur. 

Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage. La science du concret.


Aller-retour
sur

gertrude

Prochain article
le
1er Juillet.

Bricolage.

Silence, on relique.
Prochain article:
Premier juillet deux mille huit.


       
        Une forme d’activité subsiste parmi nous qui, sur le plan technique, permet assez bien de concevoir ce que, sur le plan de la spéculation, put être une science que nous préférons appeler « première » plutôt que primitive : celle communément désignée par le terme de bricolage. Dans son sens ancien, le verbe bricoler s’applique au jeu de balle et de billard, à la chasse et à l’équitation, mais toujours pour évoquer un mouvement incident : celui de la balle qui rebondit, du chien qui divague, du cheval qui s’écarte de la ligne droite pour éviter un obstacle . Et, de nos jours, le bricoleur reste celui qui œuvre de ses mains, en utilisant des moyens détournés par comparaison avec ceux de l’homme de l’art. Or, le propre de la pensée mythique est de s’exprimer à l’aide d’un répertoire dont la composition est hétéroclite et qui, bien qu’étendu, reste tout de même limité ; pourtant, il faut qu’elle s’en serve, quelle que soit la tâche qu’elle s’assigne, car elle n’a rien d’autre sous la main. Elle apparaît ainsi comme une sorte de bricolage intellectuel, ce qui explique les relations que l’on observe entre les deux.
        Comme le bricolage sur le plan technique, la réflexion mythique peut atteindre, sur le plan intellectuel, des résultats brillants et imprévus. Réciproquement, on a souvent noté le caractère mythopoétique du bricolage : que ce soit sur le plan de l’art, dit « brut » ou « naïf » ; dans l’architecture fantastique de la villa du facteur Cheval, dans celle des décors de Georges Méliès ; ou encore celle, immortalisée par les Grandes Espérances de Dickens, mais sans nul doute d’abord inspirée par l’observation, du « château » suburbain de M. Wemmick, avec son pont-levis miniature, son canon saluant neuf heures, et son carré de salades et de concombres grâce auquel les occupants pourraient tenir un siège, s’il le fallait…
        La comparaison vaut d’être approfondie, car elle fait mieux accéder aux rapports entre les deux types de connaissance scientifique que nous avons distingués. Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils conçus et procurés à la mesure de son projet : son univers instrumental est clos, et la règle de son jeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord », c’est à dire un ensemble à chaque instant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir le stock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures. L’ensemble des moyens du bricoleur n’est donc pas définissable par un projet (ce qui supposerait d’ailleurs, comme chez l’ingénieur, l’existence d’autant d’ensembles instrumentaux que de genre de projets, au moins en théorie) ; il se définit seulement par son instrumentalité, autrement dit, et pour employer le langage même du bricoleur, parce que les éléments sont recueillis ou conservés en vertu du principe que « ça peut toujours servir ». De tels éléments sont donc à demi particularisés : suffisamment pour que le bricoleur n’ait pas besoin de l’équipement et du savoir de tous les corps d’état ; mais pas assez pour que chaque élément soit astreint à un emploi précis et déterminé. Chaque élément représente un ensemble de relations, à la fois concrètes et virtuelles ; ce sont des opérateurs, mais utilisables en vue d’opérations quelconques au sein d’un type.

Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage. La science du concret.

Aller-retour sur
gertruderose

En voiture Gertrude.



Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,

 Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
 J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
 Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

 Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
 Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
 Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
 Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

 Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
 Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
 Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
 Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo, 1856, Les contemplations.

Parcourez la campagne sur
gertrude

 

Kronos Maître (N°7)

Continue à avancer,
Gertrude,
sur le fil du temps,
ne tombe pas,
ne te retourne pas,
regarde droit devant toi.
La lumière est au bout du chemin.

Tu es Le Mat.

Performance réalisée le onze juin deux mille huit à dix heures.

Le texte dit est La lettre à la voyante d’Antonin Artaud.
Le Médium utilisé est le Bitume de Judée.

Le Mat (ou le Fou) est le seul Arcane du Tarot de Marseille qui n’est pas numéroté; il s’obtient quand la somme des nombres des lames en présence est égale à XXII.
Il est donc hors du Jeu, en marge de la Cité de la Raison.
Il avance droit devant lui . Il a tout abandonné jusqu’à sa conscience. Il ignore volontairement le danger qui le talonne et qui fatalement le frappera.
Il regarde le ciel et ne se soucie pas des obstacles. Comme un funambule, le Mat part à l’aventure au bord d’un précipice.
Pourtant il oublie qu’il cache dans le trésor spirituel de sa maigre besace la valeur la plus élevé du Jeu, celle qui est au delà, qui est non le vide mais la vacuité du détachement des choses matérielles et dont la somme des chiffres est réductible au nombre IIII, symbole de la Totalité,  de l’Universalité.

Il est en marche.

L’Arcane Sans Nom, lui, porte le nombre XIII ; la somme de ses chiffres est aussi égale à IIII .
Un jour tout se terminera au fil de sa Faux.


Prise de contact n°2.

 
Des inconvénients de

l’élasticité

dans la persistance
 
mémorielle.

Performance réalisée le quatre juin deux mille huit vers midi.

Avertissement:
La violence des images et de la bande son* de ce document vidéo est susceptible de bouleverser certains adeptes du Crâne.

*Où vous découvrirez que Gertrude écoute aussi Léo Ferré.

————————————————————————
ANNIVERSAIRE!
6
Juin 2008

Gertrude joue à se faire peur ;
Va-t-elle tout perdre dans l’expérience de l’Élasticité et prendre le risque de la mise à nu ?
Soufflez la septième bougie :

 

Elasticité.

Le choix du  bon projectile
dans
la Fronde à l’Elastique.

De gauche à droite:

Une petite empreinte partielle du Crâne de Gertrude, l’Elastique de Charlie, un Caillou de Hauterives.

Elasticité: Propriété qu’ont certains corps de reprendre leur forme primitive quand la force qui s’exerçait sur eux cesse d’agir.
Dictionnaire Le petit Robert

Allez éprouver les propriétés de l’élasticité sur
gertrude