Bulletin météO(s)

 

Quoi de Neuf en temps d’Os?

 

 

photos-gertrude2-2066.JPG

JC, La Relique aux cinq boutons ou la Station météO(s) de la Mercière, collection particulière,
fil, boutons, encre, papier, loupe en résine, feuille d’or, image pieuse et thermomètre sous verre bombé achetés sur Internet,
2,5 x 14 x 19 cm

 

C’est Jour de Fête au Désert:

Apparition

de la Fabuleuse Ambuleuse ceinte de Fil

dans le champ de vision

d’une bergère aux cinq boutons.

Le fil rouge indique le degré chaleureux idéal.

Gertrude est au beau fixe,

elle prépare

son parapluie et sa machine à coudre.

100 réflexions sur « Bulletin météO(s) »

  1. Il y a des coïncidences extraordinaires ….:)

                                                                         Sainte Vierge !!!!!!!!!!

  2. Quand Gertrude prend sa pélerine et son bâton, la petite bergère retourne se planquer dans sa grotte humide. Ceci dit voilà une belle idée d’osbjet très sain à vendre au pied du basilic. Du Landes-Art !

  3. Pis du mâtin n’arrête pas l’Os pèle rein:

    Savez-vous que l’os flotte nec mergitur par tant clair et quand le temps passe, l’os trépasse, que l’os coule quand le temps pète, que l’ostie surnage quand Gertrude surjoue, tant que le Capitaine joue et s’échoue.

    Amen!

  4. Cher V., je ne vous voyais pas si manie et chien à distinguer ainsi le bien du mâle; loin de moi l’idée d’engloutir le mal au profit de la vie si courte (pas de je de maux laids SVP!) ni d’ailleurs de séparer le vide de mon crâne du trop plein de ma tête.

  5. Décidément, chère J/G, l’os – très hi – culture vous monte à la tête, à défaut de vous descendre… (mais pas de jeux de mollets !) et il me semble bien que tandis que vous prenez des grands airs de mystique mais je reste à ras de l’herbe-à-moustiques…

  6. Malgré les appâts rances de mon cerf veau mou, il y a un os (en escalier) dans ma tête, une araignée au plafond mais point de moustiques; mais si une mouche vous pique en dessous de la ligne de flottaison, je soumettrai la question au comité des tiques.

  7. En effet ! Et quant à ces démangeaisons, je ne suis ni abonné à la Française des jeux ni accoutumé à gratter mon prurit en famille…, quoique, parfois, cela ait un certain ‘charme’… De plus : Il ne faut pas oublier que les « pompiers » travaillent avec délices sur les grandes surfaces : quelle résistance trouveraient-ils à leur prurit pictural puisque, ignorant absolument ce qu’est la peinture, ils ne sont arrêtés par aucun scrupule? (Lhote, Peint. d’abord, 1942, p. 127).

     

  8. … Et voilà ma scrofule qui a changé de sexe… Où va-t-on ? 

    Des calèches dont la longue théorie qui défile au trot dans les deux sens est escortée d’une nuée de petits mendiants, (…) − et les plus misérables vont tout nus mais habillés de croûtes et de scrofules! − qui font la roue dans la poussière, courent entre les pattes des chevaux (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 96).

  9. La misère, au contraire de la bourgeoisie, a-t-elle un genre? Une chose est sure, la splendeur de ses haillons (littéraires) se passe du charme discret.

     

    Mais je vois, cher V., que vous avez la citation facile, et l’esprit en panse douce et non encroûtée.

  10. Ah non, Gertrude, ne me refaites pas le coup de la panse de brebis farcie ! Quant à faire, je préfère le premier salmigondis veni, vidi, vici : Tout ce salmigondis s’installe dans mon estomac comme il peut. Je sens bien qu’il y a beaucoup de désordre, mais enfin, le poulpe étale ses tentacules, la soupe s’insinue dans les vides, le riz se tasse, le saucisson, le colin et le poulet s’accordent par un traité provisoire (T’Serstevens, Itinér. esp., 1963, p. 278).

  11. Sans vouloir pousser la farce trop loin, je trouve qu’à défaut de panse, vous avez la tête mieux remplie qu’une poularde farcie du Périgord. Croyez vous ainsi combler les espaces lacunaires d’un vieux crâne sans panse mais aux pensées désordonnées, et ainsi l’envoyer par le fond par indigestion sans espoir de pet?

  12. Je ne sais quelle vieille plume (Goncourt, Guitry, moi… ?) écrivait : Chez la femme, l’estomac (la tête, le cœur, qu’importe !), c’est le sexe ! Réfléchissez-y (grecque), vous gagnerez du temps, du moral… et du plaisir… Et ce n’est pas vain ! … comme pour mille ! 

  13. Ah! Queue voilà de une théorie de vieux papier macho!

    Si vous voulez que je vous sorte quelques vieilles vannes organiques et viscérales sur les mecs, j’en ai quelques unes qui pendouillent dans la cale et qui commencent à sentir le renfermé (« l’estouffi » comme aurait dit ma grand-mère qui disait aussi: « ma petite fille, méfie toi de la race des hommes! »)

  14. Sachez, My Dear, que mon beau linge est lavé ‘à la main’ par mes soins… et repassé de même (non point, certes, à la main mais à l’aide d’un fer idoine)… Pour le reste…

  15. Il me semble, Ma Chère, que vous en êtes encore au temps du Vian d’avarié, de la trompinette à pédale, et de la bombe a-tomique… alors que nous en sommes à l’ère de l’e-Vian en bouteille tlaspique recyclable à la piste et autres joyeusetés d’un 21e siècle os-tensiblement plongé dans une Histoire saumâtre…

  16. Si c’est ainsi je vous laisse sortir de l’Histoire à reculons au guidon de votre Bilev (hongrois), ça ne mange – ni ne grille – de (bon) pain (de chez nous, n’est-ce pas Marine !)… et je vous accompagne bien volontiers dans votre/notre associée, mutuelle et partagée couennerie, freinant idoinement – histhéroïquement et à jamais – des quatre fers. Aimons ! 

  17. Non, pour moi (je n’ai pas de petit pitz-pull marine) le pain est bon partout, d’ailleurs c’est principalement ce que j’aime trouver et déguster partout où je voyage avec mon Bilev groihon trois roues!

    Vive la vieille couennerie! Avec une tranche de bon pain frottée d’ail! et un filet d’huile d’olive…

  18. De l’art à la couenne, il n’y a que l’épaisseur d’un talent (d’or). Variante : le pain, je vous le propose marocain (mais sans prtefeuille) couvert de figues fraîches, fondantes, écrasées et nappées de la même huile… 

  19. Vous ne pensez tout de même pas que je vais faire de la rando et du VTT dans les sentiers montagneux et déparer le génie des Alpages avec des troupeaux en shorts mous; autant aller à la plage, là au moins on sait que c’est peuplé, sale et pollué; et on peut rester dans le fantasme d’un ailleurs meilleur et paradisiaque vierge de tout produit solaire et de chair humaine.

    Maintenant, j’y vais principalement pour le spectacle avec mon grand chapeau et mes lunettes noires.

  20. … Et puis vos éventuelles rotondités feraient tant le plaisir des vagues, qui sont des nymphes à l’érotisme si ambivalent, que c’est péché de les en priver. Et vers vous, nymphe, nymphe, ô nymphe des fontaines, Je viens au pur silence offrir mes larmes vaines (Valéry, Alb. vers anc., 1900, p.82).

     

  21. Seriez-vous ‘voyeuse’ ? À relire votre œuvre à cette lumière, je m’interroge… et je pense, derrière vos lunettes et sous votre chapeau, à Giuletta degli Spiriti de Fellini… 

  22. Vous avez tout compris: les blogs c’est comme la plage, et Gertrude l’air de rien, se dore l’os et se rince l’orbite.

    Quant aux personnages de Fellini, je ne dirai rien… Mais j’aime bien collectionner.

  23. Ô foutain ! Ma chère Roberte ! (Bataille) … mais vous vous dérobez (de l’espagnol ‘robar’ : voler)… Il faut regarder les ‘choses’ en face…, même quand le regard se/les dérobe… Salaud de regard !

  24. Oh, doux orage parisien qui gronde sur mon coeur ! … Je pense que si j’avais été Rilke, ou même un autre, j’aurais aussi été éperdument amoureux de Merline, la mère de K. et B. À chacun ses fantasmes ! 

  25. En effet. Les miens s’arrêtaient à la peinture à la fois minérale et sensuelle de Balthus, et ce, pas seulement dans le sujet, mais surtout dans la matière dont la luminosité est comme un temps suspendu, où dans un rapport fond/forme hallucinant, la jonction entre les carnations et le fond se cristallise dans une dernière vibration qui n’est pas loin d’évoquer pour moi les madones des fresques romanes. Sans ressembler du tout, il y a pourtant du Cézanne là-dessous dans la pétrification du sujet jusqu’à le hisser au plus vivant; et dans le cas de Balthus, le fil du rasoir où se situe cette vibration picturale coïncide entièrement avec celui des ambiguïtés qu’on lui sait.

    Pas facile de transmettre ma sensation face à ce phénomène, mais je sais une chose: Balthus a été pour moi (peut-être avec Courbet, Manet et Cézanne)une des premières rencontres qui m’a faite peintre, ou plutôt qui a fait que la peinture s’est mêlée à jamais à mon souffle.

  26. Plaisir de cette ‘rencontre’ d’écritures qui, telles deux épidermes, se touchent, subtilement et sans enjeu, comme dans le non-lieu d’un train de nuit – belle image, n’est-ce pas ! -. Balthus et sa peinture, Balthus et son petit chat Mitsou, mort, peint par un petit enfant et raconté par Rainer Maria, publication à Zurich en 1907, sauf erreur. Rainer Maria, donc, en 1919, au premier et discret retour en France – la guerre lui aura, lui, l’Autrichien par défaut, né à Prague, devenu apatride, confisqué et dispersé ses effets personnels abandonnés, manuscrits notamment, en 1914, rue Campagne-Première, près de Montparnasse -, fin octobre, séjourne une petite semaine, presque clandestinement, dans un petit hôtel près du Luxembourg, laissant Merline, fraîchement rencontrée (re-rencontrée, puisque la première rencontre date des premières années du siècle et des premiers séjours à Paris – la période Rodin !) à Lausanne, puis Genève, retrouve Paris, la ville à la fois révélée et ambivalente – comme toute sa vie -, ne s’annonce même pas à Paul Valéry et André Gide, ses fidèles correspondants – Rodin, lui est mort en 1917 – et ne fait qu’une chose concrète : se rendre rue de Seine, tout près de son hôtel, dans une galerie tenue par Charles Vildrac, le futur surréaliste, et y déposer, en son absence, une traduction de Mitsou à fin de publication en français. Ainsi commencera la ‘carrière’ française de Balthazar Klossowski, dit Balthus…

  27. Oula! C’est donc que vous voulez parfaire mon éducation de jeune fille de bonne famille!

    Je ne vous demanderai pas, bien sûr, si vous avez lu les Mémoires de Balthus, propos recueillis par Alain Vircondelet (éditions du Rocher) et parus juste après sa mort.

  28. Je connais Vircondelet mais pas sa biographie… et, disons que, présentement, je m’intéresse tout particulièrement à ‘la vie parisienne’ de Rilke…, ce qui n’est pas une mince affaire… Mais, en la circonstance, il y a chez Rilke un tel amour de ce qui relève de l’enfance que cette anecdote m’est restée…

  29. Ayant, pour l’occasion, repéché le bouquin dans ma bibliothèque, je vous livre un passage:

    J’ai voulu traduire en peinture un certain état d’apesanteur, de suspens,, ce que j’appelais à l’instant le sursis. La fleur d’or qui traverse comme un flambeau le salon où dort la jeune fille et que porte à la manière des anciennes vestales, une autre femme plus diaphane, dans « Rêve II », peint en 1956, cette fleur est typique de la méthode intérieure que j’ai toujours appliquée. Il s’agit de révéler l’instant fugitif, le passage onirique des choses secrètes, un certain temps du recul où ces choses portent d’autres sens, que le peintre d’ailleurs ne cherche pas à débrouiller, mais qu’il montre cependant. (page 261)

    Je vous laisse le soin de lire le reste…

     

    Sinon vous venez d’écrire le 4444 ème commentaire du blog de Gertrude!

  30. Laissons cette méthode évangélisto-américaine à ses sordides sectataires… mais être immobilisé à jamais sous un numéro, même momentané, c’est être dépossédé de tout, être mis à nu… (Remarquez, il y a pire !)

  31. Disons que je veux bien être mis à nu, mais pour la bonne cause, et tatoué, idem ! Je pense à un sketche, comme on disait jadis, désormais célèbre, de Pierre Dac et Francis Blanche…

  32. Remarquez que dans la précipitation de mon méli-mélo dream j’ai réussi à fondre ‘sectaire’ et ‘sectateur’ en un merveilleux et significatif ‘sectataire’… Bouh!!!, ce que la langue évolue rapidement grâce à nous !

  33. Je ne dois pas être assez vieille pour me souvenir des sketchs de Pierre Dac et Francis Blanche, mais je me souviens un peu d’une certaine grande histoire irracontable tant elle est irreprésentable.

    Des numéros tatoués, cela suffit pour en dire l’horreur.

    Mais je cesse là tout de suite, et veux bien tenter de vous imaginer avec votre belle-mère tatouée dans le dos, ou transformé en oeuvre de Wim Delvoye ou dans je ne sais plus quel film avec une histoire de peau de dos tatoué (ça s’apelle peut-être bien Le tatoué), une comédie bien franchouillarde, il me semble; bref un truc drôle, quoi!

    J’avoue avoir quelques lacunes en la matière. (et en plus c’est moi qui ai amorçé ça!)

  34. Tant que nous n’avons pas affaire avec quelques sectateurs du sécateur, nous ne risquons pas la censure!

    Soyons sectataires jusqu’au bout!

    Ceci dit, vous maniez assez bien la langue française pour que je ne pose pas de questions sur la légitimité des termes que vous employez.

  35. Le sketche est dans YouTube…, et probablement quelque part dans mes blogs. Quant à ma belle-mère, bien qu’ayant convolé (!!!) deux fois, je n’en ai jamais eu qu’une seule… et, très franchement, je ne me suis jamais risqué jusqu’à ses éventuels (et très hypothétiques) tatouages…

  36. Si je manque de romantisme, vous manquez singulièrement d’humour pour le coup!

    Inutile de vous dire, j’espère, que les propos d’un vieil os sont bien souvent au second degré voire à un degré avancé de déliquescence (un peu comme l’autre tout nu dans son drapé sur son tabouret) et que l’ironie est son péché mignon!

  37. Mon propos n’était pas tel (‘Tel Quel’)… Ce serait accorder à cette sinistre institution (le mariage) une telle valeur morale et normative que d’en pouvoir supposer l’idée même de sa perversion… Si je ne suis pas sadique, me voici un peu sadien…

  38. Bof… Le mariage, à mon humble avis, ne mérite pas que l’on en fasse un fromage et que l’on ponde des pendules en bois! cela peut aller de la grande messe en choucroute à la simple formalité; maintenant, est-ce que ça change vraiment quelque chose à ce qui se passe entre deux être et à la douce musique qui s’élève dans leur coeur...?

    La morale est un concept étranger pour moi.

  39. Quoi qu’on dise la morale existe, depuis les présocratiques, et les fixe-chaussettes antérieurs mêmes et ailleurs, alors pourquoi la charger de crevures. La morale, comme l’amour, doit rester liberté aérienne et flottante…

  40. Sûr!

    Les tiques étiques de l’éthique nous font tiquer tant elles sont étiquettées.

    Trop d’étiquettes tuent l’éthique, je vous en donne mon ticket, comme dirait le poinçonneur des Lilas.

  41. Quand on croise le poinçonneur des Lilas, c’est qu’est bientôt venu le temps des cerises, des gais rossignols… et du vol noir des corbeaux sur nos plaines… Voyez à quel néant existentiel nous mène l’étique être sartrien !

  42. Quelle belle vermine drôlatique que ces -tiques dont la dialectique peut devenir déléctable et gustative dès qu’on la décortique.

     

    Mais du haut en bas de la page déshabillée, je retiendrai au passage ce lambeau arraché à Gide:

    Béni soit celui qui rompt les adhérences, qui décontenance le mot, le rend suspect.

  43. Lecture d’une image pieuse :

    Quelle dévOSsion, chair Juliette !

    Votre ceinte mère semble toute chOSe et prête à se défiler.

    Et Gertrude qui chauffe le cadre à bleu en restant obstinément au beau fixe !

    Dans ce lourdésert (son nom de Gertrudde dans Lourdes désert) point d’eau en vue, que non !

    Que des OS annoncés ! Pauvres boutons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.