Gertrude elle a vécu…

 

À la veille de célébrer ses neuf ans de Toile, que reste-t-il de Gertrude si ce n’est un profil évanescent sur un support volatil à peine éclos qu’il est déjà flétri.

Cela fait huit ans et onze mois que Gertrude joue et se joue de la disparition dans cet espace virtuel.

Novembre 2016, Gertrude, profil séché,

pétales de roses séchées et découpées en forme de profil de Gertrude,

nombre variable, chaque élément: 3 x 2 cm.

Le jardin Pulmon’air n°4 ou jardin Pulmon’air illuminé

 

 Dans ce courant d’air de l’Avent

un grand vain d’hiver

anime les vitrines de Gertrude

et illumine

ses orbites de mille feues

 

Le jardin Pulmon'air n°4 ou jardin Pulmon'air illuminé

JC, novembre 2014, Le jardin Pulmon’air de Gertrude n°4 ou Le jardin Pulmon’air illuminé.

Ventouse pulmonaire achetée à la Communauté Emmaüs, mousse polyéthylène, revêtement peinture interférentielle, ampoule électrique usagée trouvée dans un ancien moulin, paillettes, petite étoile en métal brillant, impressions de photographie numérique sur papier de soie.

Hauteur : 7,5cm, diamètre : 6,5cm.

 

Cela fait six ans et onze mois

que Gertrude met la Feue sur Internet

 

Le vain de l’Avent souffle aussi chez Gertrude rose et Gertrude noire

 

Les jardins Pulmon’air de Gertrude : Le jardin de la Grande Ma(r)re

 

Gertrude vous présente

ses jardins Pulmon’air

cultivés avec à-mort

dans le vide d’air expiré

au-delà

des mers, des vers et des terres

 

Les jardins Pulmon’air de Gertrude : Le jardin de la Grande Ma(r)re

 

Dans le jardin de la Grande Mar(r)e,

elle se fait anaérobie et empoissonnée

comme une ventouse entre deux os

 

Les jardins Pulmon’air de Gertrude : Le jardin de la Grande Ma(r)re

JC, Le jardin Pulmon’air de Gertrude n°1 ou Le jardin de la Grande Ma(r)re.

Ventouse pulmonaire achetée à la Communauté Emmaüs, mousse polyéthylène, sable, élément en plastique, branche de corail, coquillages, épingles d’entomologie, photographie numérique, perles, paillettes.

Hauteur : 7,5cm, diamètre : 6,5cm.

La promenade de santé se poursuit

sur Gertrude rose et Gertrude noire

 

Le cahier de vacances du Capitaine

 

 

photos-gertrude-4675.JPG

 

 

En attendant une rentrée d’Os

Le Capitaine

trace des lignes

sur son carnet vénitien

et se rêve naturaliste

au bord d’une lagune imaginaire

 

 

photos-gertrude-4748.JPGphotos-gertrude-4750.JPG

photos-gertrude-4752.JPGphotos-gertrude-4754.JPG

photos-gertrude-4756.JPGphotos-gertrude-4758.JPG

photos-gertrude-4760.JPGphotos-gertrude-4762.JPG

photos-gertrude-4766.JPGphotos-gertrude-4768.JPG

photos-gertrude-4770.JPGphotos-gertrude-4772.JPGphotos-gertrude-4776.JPGphotos-gertrude 4777

JC, juillet-aout 2012,
mine de plomb, sanguine, crayon de couleur sur papier (Le carnet a été offert par Marguerite la Botaniste voyageuse*),
12 x 17 cm.

 

 

img_4763.jpg

La Rose

nous fait la leçon

et la Noire

fait des gammes

*L’article lui est, bien sûr, dédié.

 

Os de nacre

 

En ce joli mois de mai 

l’Os se fait doux comme la

nacre

et léger comme un pétale de

printemps

 

Cela fait

quatre ans et quatre mois

que Gertrude

se croit éphémère mais reste

vivace

 

img_4053.jpg

 

Mon quatrième est pour *

 

img_4032.jpg

JC, Pique-Gertrude N°4, (collection particulière)  
canevas, fil, satin, rembourrage synthétique,
3 x 9 x 9 cm

 

* Celle

qui bien cachée à l’ombre des Marguerites

observe le ressac

du vague à l’âme au fond des crânes

écoute le bruit de l’Os séant

dans les coquillages

en croquant des radis

 

Mais peu importe la fane si le fond y est

peu importe l’os si le mystère reste entier

 

La Rose

parcourt toujours les mêmes récifs

et la Noire

s’envole