G côté cour et côté jardin

 

Ou comment G en scène peut aussi bien jouer dans la cour des grands que partager les jardins secrets, très secrets

 

G côté cour et côté jardin

 

Ainsi G, petite graine de vain sans prétention,a roulé son disque de carton jusqu’au pied des statues de marbre et dans les lieux prestigieux…

 

G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin 

G côté cour et côté jardin   G côté cour et côté jardin

G côté cour et côté jardin      G côté cour et côté jardin

 

… a batifolé en pleine nature par tous les temps, ne craignant ni le feu, ni le gel, ni la végétalisation…

 

 

G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin

 

 

 

G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin   G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin

 

 

… a flâné dans les jardins, les plus exotiques, les plus artificiels, les plus petits, les plus cultivés, les plus secrets…

 

 

G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin

 

 

`G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin 

 

 

 

G côté cour et côté jardin    G côté cour et côté jardin

 

 

… a flotté entre deux Os en dépit des monstres aquatiques ou autres…

 

 

G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin

 

G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin 

 

 

 

G côté cour et côté jardin

 

 

… a manqué se faire avaler bien des fois…

 

 

G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin 

 

 

 

 

 

G côté cour et côté jardin

 

G côté cour et côté jardin

 

 

… a bien tenté quelques exploits et quelques jeu de mots laids…

 

 

G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin

 

 

… mais surtout a prouvé qu’elle faisait bien partie du milieu de l’Art en côtoyant les plus grands !

 

G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin G côté cour et côté jardin

G côté cour et côté jardin  G côté cour et côté jardin

 

Et G ne savait pas qu’elle avait tant d’amis avec qui faire la fête!

 

G côté cour et côté jardin

G côté cour et côté jardin

Là ce n’est pas moi c’est Anne Hecdoth!

Retrouvez la Genèse de l’histoire chez Gertrude, voyagez et planez chez Gertrude Noire

 

G côté cour et côté jardin

J’adresse tous mes remerciements à mes amis semeurs ayant déjà semé et qui sèmeront encore et dont j’ai publié ici les clichés : Anne Hecdoth, Sébastien alias Harry, Marie-France alias mfd, Eckate Lefil alias Hécate la Magicienne, La Bête Humaine, Dominique, Pif Pale, Laurence, Francine, Savine, Françoise, Fabienne, Toi-Même, Evelyne, Alice, Vincent V, et tous ceux qui sèmeront incessamment sous peu.

(À suivre)

47 réflexions sur « G côté cour et côté jardin »

  1. Bon vous avez reçu un message de retour de la poste  » la preuve! »

    Alors, Vincent or not Vincent , that’s the question.sarcastic

    Ben  oui, c’est pas Vincent.yes

    Mais , il peut s’inscrire @laposte  s’il veut.tongue

    Ben alors, on peut pas savoir?frown

    Ben si, il faut aller fouiller dans son blog pour déceler la vérité.cool

    Pas facile ce jeu de pistebeurk

    Bon on continue?clown

     

  2. Au fait, Anne Hecdoth, elle a fait disparaître mon commentaire pour le grand expert J.CROIX, je pense qu’elle a dû croire à un idiot ou un com que je suis ou que je ne suis pas ?

  3. Vous n’avez certainement pas le cerveau lent, ma chère,(réf.n°11)et comme je suis sensible à votre « Cher Luc », je vous laisse une petite dédicace, toujours chez mon indéfectible ami Vincent et toujours en tête-à-tête.

  4. Bon, je crois qu’il est temps cher interlocuteur, qui que vous soyez (et sachez que je me moque bien au fond de savoir qui sont mes interlocuteurs) de remettre les choses au point: Les trois blogs de Gertrude sont des constructions virtuelles qui témoignent de mes activités plastiques et n’ont d’autres but que celles de mettre en ligne mon travail dans une certaine mis en scène qui sous-entend un jeu de rôle (certes jouissif) mais tout à fait factice. Il semblerait que vous vous égariez (rassurez-vous, vous n’êtes pas le premier) à y voir d’autres connivences que celles autour de mes activités. Très peu des personnes qui me parlent via ces blogs ou sur Facebook ne me connaissent dans ma vraie vie, (seulement quelques vrais amis qui me suivent); et cette dernière bien évidemment ne regarde personne. C’est pourquoi je n’irai pas suivre des jeu de pistes hors de mes préoccupations plasticiennes, ni aller trouver des dédicaces à l’adresse de quelqu’un qui n’a aucune matérialité ni autre forme d’existence en ces lieux.

    Ce ne sont que des images! Regardez-les, c’est déjà pas mal, et laissez-vous entrainer dans les résOs fictionnels de Gertrude!

    Quant à mon amie Anne Hecdoth, il faut que vous lui envoyiez votre commentaire par mail pour qu’elle le publie à la suite de ses articles toujours facétieux et croustillants.

    Bon après-midi

  5. Désolé, n’y voyez aucune intention malsaine de ma part, j’ai largement passé l’âge, mon intention est purement virtuelle, nous en resterons donc à vos résOs fictionnels.

  6. Je ne pense pas que Luc fasse dans les piques hardies… Qu’il se rassure, je viens de découvrir (et donc de publier) son « commentaire ». Effectivement, pour faire partie de celui que j’appelle, non sans tendresse et en hommage à feu l’humoriste Pierre Desproges, « Public-chéri-mon-amour », suffit de me le demander par mail à l’adresse suivante un peu bidouillée pour échapper aux robots hackers même si c’est vain : anne(point)hecdoth(at)gmail(point)com

    Le support des « Vanités d’Anne Hecdoth » est l’e-mail. Le blog a été créé par la suite pour seulement en laisser la trace ainsi que celle des réponses reçues.

    J. Croix est un grand copain du « club » et c’est le seul qui ne participe pas. C’est pour cette raison qu’il est cantonné dans les sous-sols en commentaires.

    Je serais donc ravie de vous scotcher à Public-chéri-mon-amour ! Plus on est de vers stratOS-féeriques solitaires… plus on est solidaires !

    A bientôt alors !

  7. Pour arriver jusqu’aux commentaires, on passe forcément par les jolies zimages que j’ai vues de mes propres yeux et puis, après, la lecture des premiers commentaires me font perdre le fil de mes premières réflexions. Du coup, je couche la dernière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.