Gertrude et les épingles.

Désensablement:
rester à la surface

Relique du monogramme, 2008.
Monogramme brodé, feutre, verre bombé, épingles, pate à cuire photographies découpées.
5 x 18 x 18 cm


Six images spéculaires montées en épingle dans le miroir.

Alors, la lampe au bec d’argent reparaît à la surface, et poursuit sa marche, à travers des arabesques élégantes et capricieuses.


Isidore Ducasse, Comte de Lautréamont,

Les Chants de Maldoror – Chant II


Le Monogramme brodé a été acheté sur Internet le 6 octobre 2007, le verre bombé le 17 juillet 2007.

8 réflexions sur « Gertrude et les épingles. »

  1. Et ben merde, je retouve plus le dernier commentaire où c’est que je l’ai fourré, bref, je te disais donc que t’avais bien fait de pas répondre à l’interphone au livreur de médailles timbrées… L’a le profil type du serial collectionneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.