Gertrude nuit et jour(s).

 

Ses nuits sont mes jours, elle nuit le jour et j’ouvre ses horribles fisses* la nuit longeant le fil en noctambule funambule, préambule du vide.

*Fisses: Néologisme laissé à l’interprétation de chacun.

jour3

JC, septembre 2016, Gertrude nuit, fil, toile de jute ajourée, 24 x 30 cm

Cela fait huit ans et neuf mois que Gertrude nuit sur la Toile et que la Crâneuse ajoure les toiles.

4 réflexions sur « Gertrude nuit et jour(s). »

  1. C’est fou j’étais persuadée avoir déjà répondu à votre beau commentaire, cher Luc, mais je ne sais plus quelle élucubration j’avais encore écrite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.