Les mots qui m’échappent en Gertrude….

 

 

Gertrude:

 

Propos légers

 

de

 

Crâne pesant

 

en

 

Pointillé

 

de crottes de Plomb

 

pour

 

Poil de Toile en plumes de Lapin

 

 

 

 


 

 

 

(Hommage au Grand Marcel)

 

Madame Gertrude Rose

 

Se la vit

 

Cela vit

 

Se(la)vit

 

Sel à vie

 

Celle à vie

 

Scelle à vis

 

C’est lavis

 

Celle-là (vis)

 

Celle-là vit

 

C’est là! (vie)

 

 

 

C’est la vie, Marcel!

 

 

 


 

 

 

Gertrude en bulle de soie

 

Flottement virtuel

 

dans la dispersion de ses réflexions

 

 

 


 

Connectez et jouez

 

Gertrude et moi

 

Gertrude et vous

 

Vous et moi

 

 

 

 

 

 


 

Étant donné un Crâne, frivole, sale, méchant, vicieux et menteur,

 

manifestation des activités monomaniaques

 

d’un Capitaine mécréant…

 

 

 

 


 

Dissiper

 

les

 

Cendres de Gertrude

 

en

 

Particules Dispersées

 

dans une

 

Bulle Distinguée

 

à

 

PARIS

 

 

 

 

 

 


 

 

 

(Georgiaplagiat)

 

Gertrude

 

À l’absence insoutenable

 

Je cherche l’impossible regard

 

Gertrude

 

Au nom ridicule et tendre

 

Gertrude

 

À la limite de l’informe

 

Presque physionomie à l’identité fugitive

 

Presque tête de mort à la vanité triomphante

 

Gertrude

 

Face à toi ma dérision et mon dérisoire

 

Gertrude

 

Devant ton éternité ma vie en un instant

 

Gertrude

 

Ton néant et mon rien

 

Gertrude

 

Tu es cette petite personne inconnue

 

J’enserre ta tête de mes deux mains

 

Gertrude

 

Tu es ce que tu n’es plus et ce que je serai

 

Petit os fragile je suis forte à tes côtés

 

Ta proximité me rend libre

 

Libre de dire

 

Libre de hurler

 

Libre de rire

 

Libre d’arrêter

 

Libre de vivre

 

Libre

 

Gertrude

 

 

 



 

 

Les petits Mystères

 

de Gertrude circulent

 

sous l’opacité de la Cendre

 

dans les profondeurs du Bitume

 

sur les reflets de l’Or

 

 

 

 


 

TT

 

 

 

Les Feuilles

 

Volent

 

Du Blanc

 

sur les Regrets

 

et

 

reste

 

Gertrude .

 

 

 

Reviendrais-je

 

TT

 

au Printemps?

 

 

 

 

 

 


 

Retrouver

 

Gertrude

 

sous les

 

Surfaces sombres

 

de sa

 

Mémoire.

 

 

 

 


 

Broder Gertrude

 

ou

 

Comment se piquer

 

au Jeu de la Peinture à L’aiguille

 

ou

 

Comment suivre le Fil en décalant le Point

 

ou

 

Comment filer du Mauvais Coton

 

en mettant du Coeur à l’Ouvrage.

 

 

 


 

 

 

 

 

 Jusqu’où ira Gertrude sur le chemin de la Colère  ?

 

Parviendra-t-elle encore à puiser au fond de la Déception

 

les forces de la Dérision ?

 

Aura-t-elle l’élégance de rire dans son Désespoir ?

 

Trouvera-t-elle l’énergie de Continuer ?

 

Vous qui échangez des banalités à la scène comme à la ville,

 

Vous qui congratulez ceux qui vous ressemblent,

 

Vous qui flattez votre bonne conscience en hurlant avec la meute,

 

Vous dont l’idéalisme béat se cultive dans un fauteuil,

 

Surtout ne prenez aucun risque.

 

La Liberté

 

vous fait peur ?

 

Gardez-vous en bien, laissez-la aux fous.

 

La Mort

 

vous paraît obscène ?

 

Gardez les yeux fermés, suivez le troupeau bêlant…

 

Tout droit devant vous : l’abattoir.

 

Mais, de grâce, passez votre chemin !

 

 

 

 

 

 


 

Vérifiez si vous avez bien :

 

Votre télescope, votre parapluie, votre microscope, votre sextant, votre stylo plume, votre planche de surf, votre crucifix, votre manomètre, vos grigris,  votre thermomètre, vos rames,  votre chronomètre, votre rosaire,  votre machine à coudre, vos palmes, votre eau bénite, vos pinces-monseigneur, votre marteau, votre compas, votre fétiche, votre clavier, votre balance Roberval, votre prie-dieu, vos écouteurs, votre doudou, votre clepsydre, votre agenda, votre maillot, votre tenue de plongée, votre baromètre, vos lunettes à carreaux, votre lecteur mp3, votre bréviaire, vos mouchoirs, votre pense-bête, votre échiquier, vos cordes vocales,  votre gilet de sauvetage…

 

Maintenant surveillez les quatre points Cardinaux :

 

Tout peut encore arriver !

 

 

 

 

 


 

La Princesse Gertrude

 

a tracé son sentier

 

et chassé 999 bisons.

 

 

 


 

 

 

 

 

Déssiccation du Mastic

 

Des sections de Bitume

 

Dissolution du Pigment

 

Dissection des Petits Cochons

 

Décoction de Signes

 

Déclinaison de Chiffres

 

 

 

Dissension

 

 

 

Décisions

 

 

 

 

 

Dispersion

 

des questions

 

 

 

 

 

Déconnexion de Gertrude

 

 

 



 

 

 

 

(Hommage-plagiat à Mallarmé)

 

 Gertrude brouille les pistes,

 

                lance les dés*,

 

                                avance les pions du réel        sur la toile du                                  virtuel,

 

distribue

 

les cartes du virtuel sur le plan du réel.

 

                Gertrude triche,

 

                            Gertrude bluffe sur le

 

fil                         du                         hasard.

 

Gertrude tisse et défait son image dans le                                 Miroir/rioriM

 

des shères illusoires.

 

Gertrude jongle avec les signes,

 

Gertrude mé

 

lan

 

ge les         mots,

 

                                                                                                        Gertrude

 

                                compte                les points.                                 

 

                        LE TEMPS

 

Cette fois ce sera                   

 

                           6

 

                                                    c’est le       

 

                                                                            Jeu.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Gaffe à Gertrude.

 

Le premier crâne

 

qui agit et réfléchit.

 

 

 


 

 

 

 

 

Pourquoi Gertrude Rose est-elle rose?

 

Parce que Eros et Thanatos

 

sont dans le même

 

chewing-gum

 

 

 

Machez bien!

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Gertrude  collectionne  les  Roses:

 

les roses avec des épines

 

les roses sans  épines

 

les  roses roses

 

les   roses rouges

 

les roses pourpres

 

les roses bleues

 

les roses pourpres bien lavées

 

les roses  blaveoli

 

les roses sèches

 

les roses pourries….

 

 

 


 

 

 

 

 

Gertrude compte

 

Gertrude décompte

 

Gertrude mesure

 

Gertrude démesure

 

Gertrude est à l’endroit

 

Gertrude est à l’envers

 

Gertrude ne sait pas d’où elle vient

 

Gertrude ne sait pas où elle est

 

Gertrude ne sait pas où elle va

 

 

 

Et pourtant elle garde la tête froide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Gertrude offre des Reliques à des Inconnus

 

Gertrude écrit une Lettre à Astérisque

 

Gertrude ne sait plus où est le Sud

 

Gertrude ne sait plus où est le Nord

 

Gertrude ne sait plus où s’arrête le Réel

 

Gertrude ne sait plus où s’arrête le Virtuel

 

Gertrude se noit dans l’Interface

 

 

 


 

 

 

 

 

Je Rrelique

 

Tu Rreliques

 

Il Rrelique

 

Nous Rreliquons

 

Vous Rreliquez

 

Ils Rreliquent

 

 

 

 

 


 

 

 

Gertrude rose c’est:

 

Gertrude qui se moque d’elle même et de tout ce qui passe

 

Gertrude qui colle tout et n’importe quoi

 

Gertrude qui parle à n’importe qui

 

Gertrude qui vole n’importe quoi n’importe où

 

Gertrude qui invente n’importe quelle histoire

 

Gertrude qui traine dans n’importe quel endroit

 

C’est la Vie!

 

 

 


 

 

 

 

 

Les Mouettes prennent le Large

 

Le Crâne est ancré

 

L’Encre est jetée

 

Le Capitaine est Hors-Champ

 

 

 


 

 

 

 

 

Hommage à un Cheval

 

 

 

Des

 

Dérisoires Coquillages

 

Cueillis sur Hautes Rives

 

Le Pas d’un Cheval

 

Chemine le Hasard

 

Rêve

 

Le Palais en Particules

 

Ferdinand!

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

noir passer noir se passer noir  dépasser noir repasser noir trépasser noir

 

 

 


 

 

 

 

 

Je vois, j’entends, je parle.

 

Je regarde, j’écoute, je dis.

 

 

 


 

 

 

 

 

Des

 

Calcaires ténus sur la Rive

 

Dé de mes Hasards

 

des Mers d’Orage

 

en Fragilité

 

dés Messages jetés

 

roule au loin

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

La Regarder.

 

La Dessiner.

 

Ne rien Tenter.

 

Ne rien Espérer.

 

Rire jusqu’au bout de la Nuit.

 

 

 

 


 

GERTRUDE

 

était Objet.

 

GERTRUDE

 

est Sujet

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

L’âme de Gertrude

 

se voile de soie bleue

 

pour affronter l’oeil du Temps

 

 

 


 

 

 

 

 

J’ai voulu ce blog comme une Provocation…

 

Gertrude en est la Fiction…

 

Tout y est Stratégie…

 

Vous y êtes….

 

 

 


 

 

 

 

 

Gertrude se noie dans le Fleuve

 

des Improbables Traversées.

 

 

 


 

 

 

 

 

Seul l’Art de la Guerre subsistera.

 

Avance Gertrude!

 

 

 

 


 

Gertrude vous répond,

 

Gertrude discute d’Art avec vous,

 

Gertrude (ne) dit (pas) n’importe quoi,

 

Gertrude a mauvais caractère,

 

Gertrude est une boite vide,

 

Gertrude vous parle.

 

 

 

 


 

Continue à avancer,

 

Gertrude,

 

sur le fil du temps,

 

ne tombe pas,

 

ne te retourne pas,

 

regarde droit devant toi.

 

La lumière est au bout du chemin.

 

 

 

Tu es Le Mat.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Pour rétablir l’humilité devant le néant,

 

le Crâne joue

 

les Vanités.

 

Mais Gertrude

 

tu n’es pas

 

un symbole

 

tu es GERTRUDE.

 

 

 


 

 

 

 

 

AMIS

 

où êtes-vous

 

Je n’entends plus

 

la petite musique

 

de vos

 

pas

 

Je ne vois plus

 

les étoiles

 

de vos

 

mots

 

 

 

SEUL

 

le Vacarme du Néant

 

au fond de son

 

crâne

 

Gertrude serait-elle la

 

MORT

 

 

 



 

 

Tu pleureras du Sang

 

Tu hurleras ta Solitude

 

Tu chanteras avec le Diable

 

Tu danseras sous la Lune

 

Tu parcourras la Lande

 

Tu apaiseras tes Peines

 

Tu berceras ton Désespoir

 

Tu rachèteras ton Âme

 

Tu renaîtras de tes Cendres

 

Tu Espèreras

 

Le Vent te balayera

 

La Faucheuse t’emportera

 

Tu te Transformeras

 

 

 


 

 

 

 

 

Je marche à l’ombre de tes structures éblouissantes, je progresse, pas à pas sur le tranchant de tes contrastes, équilibrant mon poids sur tes obscurités asymétriques. Je caresse l’inexorable suture de nos mélanges ; sous ma main, l’or cicatriciel de nos collisions. Je me glisse dans les méandres nocturnes de ta physionomie impossible. Ta clarté se dérobe sous ma pensée, la vidant de sa substance, fragile sur ton implacable minéralité.

 

Je m’endors dans la douceur de tes orbites, perdue dans la chair éteinte de tes cavités.

 

Je pleure tes larmes absentes.

 

 

 

 

 


J’ai tant caressé Gertrude

Les yeux clos

Mes doigts dans son regard absent

Le creux de mes mains arrondies par la douceur de son volume

 


J’ai tant dessiné Gertrude

Mon trait se souvient

Le moindre décalage rend la mémoire

De forme à mon crayon

Mine de plomb

À qui Gertrude revient

Mine de graphite

À la suite d’un savoir aveugle

 

 



Prenez Gertrude au pied de la lettre

Pour voir son caractère dans tous les sens du terme

 

 

 

Découvrez son chiffre capital

Sans que cela reste lettre morte

 

 

 

Déchiffrez son monogramme majuscule

Avant de tracer le corps de sa lettre initiale

 

 

 

Enfin prononcez G au sens littéral

Pour en comprendre le titre avant la lettre


Gertrude
parfois
c’est

Une plage blanche
Sur un écran noir

Une toile noire
Sur une page blanche

Une étoile blanche
Sur une plage noire



Ce Crâne se prend pour un Hareng….
Tant qu’il ne se prend pas pour du Lard…

Il ne faudrait pas pousser le bout de l’Art trop loin, Gertrude!




Nacres de chair

Au secret des roches humides

 

Replis alanguis

En sable fondant

 

Lèvres irisées glissant

En volutes

Sur le tranchant des commissures

 

Epouse infidèle des spirales

 

Bijoux soyeux

Aux courbes liquides

 

Tendres splendeurs des pierres

À l’inconscience attentive

Offertes sous mes pas voyeurs

 

Folies calciques

De mes desseins

 


Les cyber-crânes nés sous le Signe du Persil sont beaux et intelligents. Conscients de leurs vertus, ils sont soucieux de leur apparence.  Ils se plaisent à s’exhiber dans l’espace et à séduire tous les ossements qui passent et trépassent à la portée de leurs vaisseaux. Ils aiment les signes extérieurs de richesses virtuelles et ne reculent devant aucune provocation bloguesque pour bousculer les moutons galactiques  et les transformer en poussière d’étoiles. Ils s’entendent particulièrement  bien avec  toutes les têtes  en os nés sous les signes urticants, cornus et emplumés. Par contre ils sont strictement incompatibles avec les signes de connerie, de bêtise, de faiblesse d’esprit et de misère intellectuelle.


GERTRUDE
a-t-elle
laissé
son empreinte
sur l’interface?


Collectionner, c’est savoir d’où on part et croire arriver.
Collectionner, c’est se laisser aller à la dérive pour revenir toujours au même endroit.




Le Capitaine est débordée

Son Crâne écope

 

Le Capitaine est en charrette

Mais n’est pas chargée d’Os

 

Le Capitaine se noie

Gertrude prend l’eau

 

Le Capitaine dérive

Et a perdu la Tête

 

Le Capitaine rend sa casquette

Mais travaille du chapeau

 

Le Capitaine sombre

Le Crâne se la coule douce

 

Gertrude a l’Éternité

Le Capitaine manque de Temps

 

En avez-vous à lui donner ?

 



Gertrude tente de faire illusion dans la vitrine
Gertrude évolue en aquarium
Gertrude se conserve dans le sel de nos larmes
Gertrude vous regarde avec un oeil de poisson frit
Gertrude se croit fraiche comme un gardon
Gertrude attire les pêcheurs
Gertrude nage en os troubles
Gertrude fait « blog » sur l’interface
Gertrude brille sur les étals
Gertrude se promène en banc
Gertrude a une mémoire de poisson rouge
Gertrude est toute ouïe

Gertrude est au bout de la ligne


HURLER

POUR RESTER VIVANTE

HURLER
POUR MOURIR LIBRE


Gertrude est en Colère !

 

 

UNE COLERE NOIRE

UNE COLERE DECHIRANTE

UNE COLERE DE CHAIR

 

 

Mais elle se retient…

Oui, elle se retient..

 

Et son Hurlement

N’en sera que plus fort

N’en sera que plus terrible

 

Et de

Sa Liberté proclamée

Le seul miroir dans lequel elle se regarde chaque matin

La seule eau dont elle se désaltère

Le seul océan dans lequel elle veut bien se noyer

 

 

Ne vous attendez pas

à ce qu’elle soit polie, policée, docile, consensuelle, agréable, sociable…

 

 

Non, Gertrude est Misanthrope

Gertrude est insolente

Gertrude se moque de tout

et

Elle se moquera jusqu’au bout…

 

 


 La Femme Cent têtes a un corps aux pieds

 

Qui s’entête à être sens

 

Et à lui faire la tête en sang

 

 

 

Dans tous les sens

 

La femme sans tête

 

Sent de ses cent têtes pensantes en sang

 

 



 

– Échantillonner les possibilités épidermiques de Gertrude

 

– Recenser les formes de Gertrude en lui faisant la peau

 

– Nuancer les contours de Gertrude et arrondir les angles

 

– Découper Gertrude pleine peau pour faire du Neuf

 

 



  

 

Gertrude à distance respectueuse

 

Mise en espace autre que le mien

 

De cet air coïncident nos paraître

 

Mais jamais mêleront nos êtres

 

Dans ce verre lucide s’opposent nos opacités

 

Mais jamais n’avoueront nos fragilités

 

 

 

 

 

 

 

Regardons-nous.

 

 


 

 

 Gertrude se fait belle Tourangelle

 

De ce lin délicat coiffant son chef défunt

 

Sous le fil aérien

 

Murmure son passé de brodeuse

 

Gertrude est née à Tours

 

Rendue à la vie

 

Par Tours de Magicienne

 

Son destin perdu se mêle aux héritages

 

Du temps arrêté les parfums d’antan s’écoulent

 

Réchauffent les amours oubliées

 

Gertrude est morte coiffée

 


 

 

 

Chère amie,

 

 

 

                     À cet instant où le train court vers votre demeure, je regarde défiler le paysage. À mes côtés, vous le savez, un improbable bagage…

 

    Mon œil suit inlassablement le vert de l’horizon ferroviaire, et je pense à toutes ces dérisoires réalités, aux fragments jetables du quotidien que vous savez si bien ranger dans des herbiers émouvants.

 

    Et je pense à mes propres récoltes de coquillages, beautés à la nacre insolente ou modestes calcaires roulés par le sable du ressac.

 

    Et je pense à ce crâne au passé vagabond et d’ordinaire si sédentaire.

 

Le voilà, confié aux circonstances, confiant en les circonstances, placé sur mon chemin, faisant partie du vôtre, à présent voyageant vers votre réalité.

 

 Et si Gertrude revenait sans hasard en ces lieux…

 

 

 Votre affectionnée

 

Fille n°5

 


 

 

 Dans le Corps tout est bon

 

Faut-il vous le faire deux têtes?

 

 


 

Gertrude se faufile

 

Sans perdre le fil

 

Tout en se défilant

 


 

 Vous êtes-vous déjà demandé

 

pourquoi le Noir lui allait si bien?

 


 

 Gertrude

 

est toujours

 

au coeur de l’écheveau


 

 

 Gertrude compte sur le poil

 

et traite du poil avec un Os au poil

 


 

 JE SUIS JUL’

 

JE COMME JUL’

 

JUL’ COMME JEU


 

 

 Et si la FIN justifiait les moyens?*

 

*Et si les moyens justifiaient la FIN? 

 


 

La Vanité

est-elle un concept

du plein ou du vide?

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.