Neuf d’octobre pour Albert.



J’ai tant caressé Gertrude

Les yeux clos

Mes doigts dans son regard absent

Le creux de mes mains arrondies par la douceur de son volume

 

 

 

 

 

 

JC, Vingt trois portraits d’Albert, techniques diverses sur papier, octobre 2009.

 

 

 

 

 

<script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=' » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); //]]> </script><script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-6900860-2 »); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {} //]]> </script>

10 réflexions sur « Neuf d’octobre pour Albert. »

  1. Gertrude…ou le Miracle de La Rose….

    Quand elle accomplit la multiplication des…crânes!

    Votre talent est plus que  certain. Toute mon admiration.
                                                                                                       Votre H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.