Trois os aux confins.

En ce trois avril de mille vains
j’aurais pu encore une fois
tourner autour d’un Os vide
et inventer quelques jeux de maux laids
aux confins de tous les confinements
et des interprétations des Je confinés

J’ai préféré faire le tour de mes aîtres
et dessiner

Dessiner
c’est juste se concentrer
sur un simple dessein
sans que cela soit le Destin

Cela fait douze ans et trois mois
que Gertrude assure
la continuité Osmagogique
de la distanciation Osciale :
Restez chez vous!
Confinez-vous
dans la contemplation de l’os
Perdez-vous
dans son univers virtuel labyrinthique.

Dessins autour de mes êtres et des petits rien de mon jardin. Crayon, fusain, aquarelle

10 réflexions sur « Trois os aux confins. »

  1. De ne plus pouvoir s’embras(s)er,
    Les feuilles de vOS grimpants rOSiers,
    En lèvres voluptueuses,
    Se métamorphOSent … heureuses.

  2. Au pis s’enlisent
    le bouton de rose
    à l’eau teintée
    et sa feuille charbonnée
    tandis que l’os pose
    qu’on se le dise…

    Bien confinée dans un écrin de verre posé sur le plan crémeux quadrillé de taches de soleil entrant par la fenêtre hors-champ la fidèle Gertrude plus belle que jamais brave l’ennui comme le philosophe méditant sur la vanité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.