Les questions existentielles de Gertrude

 

Gertrude cultive-t-elle

l’Arte Povera ou un jardin Zen?

 

img_2705.jpg

 

Aidez le petit Jardinier

à retrouver la voie de la Vérité

et à rentrer chez lui

 

20 réflexions sur « Les questions existentielles de Gertrude »

  1. Belle reconversion, Capitaine (après la capitainerie, la jardinerie) ! C’est ce qui s’appelle avoir du pot ! Mais sur le fond, toujours la même question, la Voie, c’est comme pour les Z’Amériques, terrestre ou maritime ? Autrement dit aussi, plus existentiellement : ‘être zen’ ou ‘l’avoir dans le nez’ ?

  2. Vous choisissez toujours la Voie du milieu; vous seriez un moine normand que cela ne m’étonnerait pas.

    Maintenant naviguer dans un pot aux roses, un pot à laid un pot doré ou un pot de terre contre un pot de fer ne me dérange pas, cela reste toujours du cabotage en (pot de) chambre.

  3. Excuses, mais tant chez le vieux Con(fucius) que chez le vieux Lao(y’a personne qui y répond), la Voie est toujours celle du milieu ; c’est la Loi ! Parfois il me semble, par ailleurs, que votre cabotage flaire le cabotinage… Mais que n’excuserait-on pas à J/G !

  4. “La vérité n’est nulle part si elle n’est pas en toi.” vous dirait mon jardinier vietnamien.

    Mais comme le dit Vincent la voie à suivre est celle du milieu, c’est la loi. Et je rajouterai que “nul n’est censé ignorer la loi”

    Bien à vous Gertrude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.