Le jardin Pulmon’air n°9 ou jardin Pulmon’air froissé

 

Cela fait sept ans et deux mois

que Gertrude cherche

son faire à trépasser sur Internet

ce qui lui donne un petit air froissé

 

JC, décembre 2014, Le jardin Pulmon’air de Gertrude n°9 ou Le jardin Pulmon’air froissé

 Ventouse pulmonaire achetée à la Communauté Emmaüs, mousse polyéthylène, papier de soie, fleurs séchées, impressions de photographie numérique sur papier calque.  

Hauteur : 7,5cm, diamètre : 6,5cm.

 

Gertrude branche la musique et Gertrude Rose danse

 

Gertruda incognita

 

J’irai revoir ma Normandie

C’est le pays…


 

img_0323.jpgJC, Gertruda incognita, collection particulière, 
coquillage, papier de soie, boîte en plexiglas,
4,5 x 4,5 x 9 cm

                                            

                                            Chère amie,

 

                     À cet instant où le train court vers votre demeure, je regarde défiler le paysage. À mes côtés, vous le savez, un improbable bagage…

    Mon œil suit inlassablement le vert de l’horizon ferroviaire, et je pense à toutes ces dérisoires réalités, aux fragments jetables du quotidien que vous savez si bien ranger dans des herbiers émouvants.

    Et je pense à mes propres récoltes de coquillages, beautés à la nacre insolente ou modestes calcaires roulés par le sable du ressac.

    Et je pense à ce crâne au passé vagabond et d’ordinaire si sédentaire.

Le voilà, confié aux circonstances, confiant en les circonstances, placé sur mon chemin, faisant partie du vôtre, à présent voyageant vers votre réalité.

 

Et si Gertrude revenait sans hasard en ces lieux…

 

Votre affectionnée

Fille n°5

 

  img_0331.jpg

« Le trousseau d’un os n°5 » par mfd pour Gertrude

 

… Où Gertrude découvre que dans une maison bruissante de merveilleuses histoires,

au fond d’une malle au passé pictural,

l’attend un trousseau de jeune fille

brodé par une fée,

m fée d,

une fée qui dit ne rien savoir faire…

Car tout cela est magique…

Rose est la Vie !

Neuf d’avril: Je de maux laids

 

 

 

Spécularité antérieure

ou

l’autoportrait comme appropriation

d’une laideur annoncée

 


 

img 0104img_0105.jpg

img_0109.jpgimg_0113.jpg

JC, anciens autoportraits retrouvés au fond d’une cave,

acrylique sur papier, 

55 x 75 cm et 38 x 55 cm

 

 

 

<script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=' » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); //]]> </script><script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-6900860-2 »); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {} //]]> </script>

Les impressions de Gertrude


Aujourd’hui, cela fait exactement deux ans
 
que Gertrude est en ligne

et pêche les illusions sur la Toile

img 0206JC, Décembre 2009,
La peau cathartique de Gertrude N°2
,
empreintes intérieures du crâne de Gertrude en argile dorées à la feuille, boîte à mouches de pêche achetée sur Internet,
3 x 10 x 15 cm

Tout se passait comme si, sur une route ne menant nulle part en particulier, on rencontrait successivement des groupes de voyageurs eux aussi ignorants de leur but et croisés seulement l’espace d’un clin d’œil. D’autres, au contraire, vous accompagnaient un petit bout de chemin, pour disparaître sans raison au prochain tournant, volatilisés comme des ombres. On ne comprenait pas pourquoi ces gens s’imposaient à votre esprit, occupaient votre imagination, parfois même vous dévoraient le cœur, avant de s’avouer pour ce qu’ils étaient : des fantômes. De leur côté, ils en pensaient peut-être autant de vous, à supposer qu’ils fussent de nature à penser quelque chose. Tout cela était de l’ordre de la fantasmagorie et du songe.

 

 

Marguerite Yourcenar, Un homme obscur.

 

img_0161.jpge4e5e6e7e8e10e11e12e13e14img 0159

JC, Empreintes du crâne de Gertrude en argile, dimensions variables.

Pianotez sur les empreintes du crâne de Gertrude pour écouter ses impressions.

L’empreinte de Gertrude.

pteg2-copie.jpg

2 ANS
DE WEB

GERTRUDE
a-t-elle
laissé
son empreinte
sur l’interface?


<script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=' » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); //]]> </script><script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-6900860-3 »); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {} //]]> </script>

L’Essence de Gertrude

JC, G-I, 1985, Huile, cendre, bitume sur feutre, 300 x 400 cm
Photographie DV.

Cela fait vingt deux mois
que les effluves de Gertrude
s’entêtent en ligne

<script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=' » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); //]]> </script><script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-6900860-3 »); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {} //]]> </script>