Os systématic.

Gertrude est une jeune fille rangée un peu dérangée:
– Prendre une trame.
– Délimiter un espace.
– Se donner un système.
– Remplir.
– Ne jamais dépasser.

Cela fait exactement neuf ans et huit mois que l’Os est systématique mais pas automatique.

JC, Os systématic, juin-juillet-aout 2017, fil, toile Aïda, 18 cm x 18 cm environ, nombre variable.

(Cliquez sur les images pour les voir plus grandes).

Le Bas de l’Aine.

 

Gertrude Rose a toujours rêvé avoir un bas de l’aine pour conserver ses économies de moyens.

D’où l’intérêt de fricoter à l’aiguille une spirale de laine à deux sous autour de l’os.

Sans commune mesure avec la Pénélope que l’Os disait, Gertrude, elle, est définitivement détachée de tout parlement terrestre, son emploi étant déclaré douteux et sans aucune utilité publique.

 

JC, Le Bas de l’Aine (work in progress), laine, aiguilles sans tête, crayon sur papier calque, dimensions variables, actuellement environ 20 x 20 x 4 cm.

Cela fait exactement neuf ans et un mois que Gertrude vous parle de ses dessous sans toucher un seul sou.

 

Gertrude à l’oubli composé.

J’ai emporté du fil, des aiguilles, des ciseaux, mon tambour à broder et la petite encyclopédie de broderie de ma grand-mère Jeanne. J’ai oublié la toile, mais j’ai un morceau de papier de soie.

Ne pas broder la situation serait sans compter sur la capacité de Gertrude à s’accommoder des circonstances et de la fragilité des supports.

JC, Oubli composé, fils, papier de soie, 18 x 22 cm.

Cela fait huit ans et dix mois que Gertrude compose avec ou sans la Toile.

 

Huit ans : Le chiffre dans l’appeau

 

 

Cela fait huit ans

que la Crâneuse et Gertrude

tatouent le derme artificiel du virtuel

en circuit fermé

 

J a G dans la peau

et 

G a J dans l’appeau

 

Huit ans : Le chiffre dans l’appeau

JC, novembre-décembre 2015, J/G dans l’appeau,

broderie en fil de satin sur suédine (faux cuir),

23 x 14,5 cm.

 

 

Le coeur à l’ouvrage

 

Cela fait sept ans et sept mois

que l’ouvrage de la Crâneuse

est sur le métier

 

Le coeur à l'ouvrage

 

Ce fut une expérience étrange que celle d’ouvrir les tiroirs , les armoires, les boites, de toucher les objets, le linge de la personne en même temps proche et lointaine de ma tante qui sous des apparences lisses préservait si bien son intimité. Comme ma sœur me le fit remarquer, nous étions à la rencontre de cette femme dont nous ne savions presque rien et dont la personnalité se confondait pour nous avec la seule affection qu’elle avait à notre égard. Nous lui découvrîmes là peut-être une complexité et une opacité insoupçonnées à travers des correspondances, des photos qui garderaient à jamais leurs secrets.

 

Madeleine aimait tricoter, coudre, broder ; j’ai récupéré ses aiguilles, son fil, ses ciseaux, ses dés à coudre ; je garde précieusement un petit étui rouge qui, j’imagine, ne quittait pas son sac à main, tel le baluchon d’une petite poule rousse d’un livre de mon enfance, prête à toutes les reprises, prétextes à l’amitié.

 

J’ai accroché sur mon mur parisien un beau tableau patiemment réalisé au point de croix ; je ne passe jamais devant sans y jeter un regard. Car un ouvrage m’attend, celui qui était tout préparé dans un tiroir, le prochain à faire sûrement, comme un défi à mes petites compétences de brodeuse débutante. Je le finirai et l’accrocherai aussi ; peut-être y laisserai-je une discrète marque du crâne…

 

Juliette Charpentier, Le Cahier de Jeanne, 2015 (extrait)

 

Aujourd’hui Gertrude et Gertrude Noire

font exception au Crâne

mais restent exceptionnelles

 

En Filicrâne

 

La Crâneuse file doux

pendant que circule sous l’os

le fil rouge du Filicrâne.

 

En Filicrâne

En Filicrâne 

JC, Gertrude en Filicrâne 2, collection particulière, 

fil métallique rouge, suédine, papier calque,

environ 9 x 11 cm.

En Filicrâne

Cela fait six ans et neuf mois

qu’il faut se méfier de l’Os qui est mort.

 Mort ou vif, vous trouverez toujours de l’os chez Gertrude et Gertrude noire