Gertrude elle a vécu…

 

À la veille de célébrer ses neuf ans de Toile, que reste-t-il de Gertrude si ce n’est un profil évanescent sur un support volatil à peine éclos qu’il est déjà flétri.

Cela fait huit ans et onze mois que Gertrude joue et se joue de la disparition dans cet espace virtuel.

Novembre 2016, Gertrude, profil séché,

pétales de roses séchées et découpées en forme de profil de Gertrude,

nombre variable, chaque élément: 3 x 2 cm.

Rose au petit point

 

 

Cela fait sept ans et huit mois

que Gertrude se prend pour une Rose

 

 

Rose au petit point

 

Le plus bouleversant fut sûrement la vue de ces petites choses dérisoires et intimes, brosse à dents debout dans un verre, gant de toilette toujours accroché au lavabo, médicaments… Et son lit.

Un lit fait, bien tiré ; draps à fleurs et chemise de nuit pliée pour un prochain retour qui n’a jamais eu lieu. J’écartai les draps de coton pour y glisser ma main, comme pour prendre contact avec l’absence encore irréelle.

À la tête du lit, un seul objet accroché au mur : une rose encadrée d’ovale que je crus imprimée sur la toile ; mais à la regarder de plus près, puis chez moi à la loupe, je vis que le motif était réalisé au petit point, au minuscule petit point d’un fil.

Les tâches sur la toile, visiblement ancienne, n’enlèvent rien à la délicatesse du travail ; le statut d’objet élu, seul à la tête du lit, indique l’importance que Madeleine donnait à ce petit canevas,  que j’imagine être l’œuvre d’une jeune fille, Jeanne, sa mère, ma grand-mère (j’hérite de sa belle petite encyclopédie d’ouvrages de dames) ou de Mélanie la couturière, mon arrière grand-mère.

 

 

 Juliette Charpentier, Le Cahier de Jeanne, 2015 (extrait)

 

Rose au petit point

 

 

 

09/04/2011: Gertrude, quelle cruche!

 

 

 

 

Gertrude serait-elle

un Bibelot comme les autres?

 


 

gertrude-2-1498.JPG

 

 

 

<script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ var _gaq = _gaq || []; _gaq.push([‘_setAccount’, ‘UA-6900860-2’]); _gaq.push([‘_trackPageview’]); (function() { var ga = document.createElement(‘script’); ga.type = ‘text/javascript’; ga.async = true; ga.src = (‘https:’ == document.location.protocol ? ‘https://ssl’ : ‘http://www’) + ‘.google-analytics.com/ga.js’; var s = document.getElementsByTagName(‘script’)[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })(); //]]> </script>

Gertrude, en fait…


…en fait, c’est quoi?

img_0021.jpg

<script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=' » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); //]]> </script><script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-6900860-2 »); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {} //]]> </script>

Capitaine d’Os douce.

Quant à la mer, elle m’est liée à jamais et je ne peux la penser que comme l’océan sauvage, aux vagues violentes et aux étendues vastes et désertes des côtes malgaches de mon enfance, ou comme les récifs du Vanuatu où j’ai passé mon adolescence ; récifs sur lesquels j’ai dépensé le plus clair de mon temps à la recherche de coquillages, activité que je plaçais bien avant mes études et les relations humaines.

img 0077-copie-1JC par DV

<script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ var gaJsHost = ((« https: » == document.location.protocol) ? « https://ssl. » : « http://www. »); document.write(unescape(« %3Cscript src=' » + gaJsHost + « google-analytics.com/ga.js’ type=’text/javascript’%3E%3C/script%3E »)); //]]> </script><script type= »text/javascript »> // <![CDATA[ try { var pageTracker = _gat._getTracker(« UA-6900860-2 »); pageTracker._trackPageview(); } catch(err) {} //]]> </script>

Neuf/1/Neuf: Gertrude en 9

JC, janvier 2009,  Autoportrait au Piment

Gertrude
À l’absence insoutenable
Je cherche l’impossible regard
Gertrude
Au nom ridicule et tendre
Gertrude
À la limite de l’informe
Presque physionomie à l’identité fugitive
Presque tête de mort à la vanité triomphante
Gertrude
Face à toi ma dérision et mon dérisoire
Gertrude
Devant ton éternité ma vie en un instant
Gertrude
Ton néant et mon rien
Gertrude
Tu es cette petite personne inconnue
J’enserre ta tête de mes deux mains
Gertrude
Tu es ce que tu n’es plus et ce que je serai
Petit os fragile je suis forte à tes côtés
Ta proximité me rend libre
Libre de dire
Libre de hurler
Libre de rire
Libre d’arrêter
Libre de vivre
Libre
Gertrude

<script type= »text/javascript »> </script><script type= »text/javascript »> </script>